Terrorisme : ce que l’avenir nous réserve ?

Je pratique peu la réponse par blog interposé. Pas par démotivation, mais par manque d’écho. Alors, quand j’en ai un, je saute sur l’occasion.

Ali m’informe par rétrolien d’un article (très intéressant, cela va sans dire) sur la banalisation du terrorisme. Ce rétrolien est publié sur un billet qui est lui-même une réponse à un précédent billet du même Ali (Ali et David, un vieux couple ? ). Voici donc la réponse (de David) à la réponse (d’Ali) à la réponse (de David) du billet d’Ali.

On parle donc de banalisation du terrorisme. Pas de hausse du terrorisme non ; mais d’indifférence croissante. Je lie ceci à mon (un de mes) sujet de prédilection, à savoir la crédibilisation de la science-fiction et vous cite quelque passage de l’un de mes jeux préférés, CyberAge (surtout pour son encyclopédie en fait – ça tombe bien, c’est celle-ci que je vais citer).

Bombe humaine
Style d’attaque terroriste mise en évidence lors de la grande vague d’hépatite B qui submergea les îles Hawaii en 60/61 [NdMoi : le jeu se passe dans les années 2080]. On prouva qu’Agnès V. avait reçu un estomac modifié pour produire des enzymes qui, conjugués avec certaines substances simples donneraient naissance au virus de l’hépatite. Il ne restait plus à Agnès qu’à déposer un peu de salive sur quelques cibles stratégiques pour que l’épidémie se développe. Qui soupçonnerait une simple touriste qui visite les îles ?
Terrorisme
Depuis la disparition des guerres classiques à la fin du ⅩⅩe siècle, le terrorisme subit une montée en puissance inconnue jusqu’alors dans l’histoire du monde. Pour la première fois depuis l’âge des cavernes, des hommes pouvaient menacer la puissance d’un empire et gagner le combat, des milliers de David venaient à bout de Goliaths. Ce fut l’âge d’or du terrorisme qui aboutit à la victoire de la société du spectacle et des TechnoBlocs, lorsque les médias internationaux retransmirent les actions terroristes comme un spectacle parmi d’autres. Les terroristes perdirent leur atout majeur, l’arme de l’image se retournant contre eux. On regardait leurs exploits comme des jeux du cirque, mais plus personne ne s’imaginait pouvoir être un jour à la place des gladiateurs. On entra alors dans l’âge de la folie, les actions des groupes clandestins devinrent de plus en plus démentes, sans aucun rapport avec les exigences et les possibilités des groupes touchés. Nous en sommes là. Des groupes terroristes sans cibles précises qui sèment leurs bombes au hasard pour la plus grande joie des producteurs d’HoloTV.
GRA
Ce terme désigne une mise en scène des actions terroristes, parfois sanglantes, à mi-chemin entre le théâtre de rue et l’action directe. Le cas le plus typique a été l’attaque des supermarchés Hashibum par quarante Pères Noël armés jusqu’aux dents. L’action fit seize morts dans les rangs du personnel de sécurité des grands magasins et vingt parmi les Pères Noël du GRA ; la foule pilla pour dix millions de marchandises tandis que les Pères Noël maintenaient à distance la sécurité et les forces antiterroristes.

L’une des excellentes idées de cette encyclopédie fictive (que j’ai aussi en version papier) est de citer les sources. Dans ce cas :

  • L’Incal noir & L’Incal lumière, Alexandro Jodorowsky & Moebius, Humanoïdes Associés.
  • Max Headroom

Combien d’années d’avance ?

Le Gun Rap Action n’existe pas encore. Pas encore.

flattr this!