Archives du mot-clé psycholinguistique

Tétrachromatie et couleur de l’ultraviolet : quand la linguistique s’invite dans la biologie

Les tétrachromates sont capables de voir quatre couleurs primaires (tetra-, quatre ; chromos, couleur). Comment est-ce possible, puisqu'il n'y a que trois couleurs primaires (rouge, vert et bleu) ?

En fait, il n’y que trois couleurs primaires visibles à l’œil humain normal. Une frange de l'ultraviolet[1] peut être considérée comme une quatrième couleur primaire[2] et c'est justement cette frange que voient les tétrachromates. Et comme tout objet est susceptible de refléter cette frange visible par les tétrachromates, ces derniers ne voient pas uniquement un peu plus, mais ils voient tout différemment. Une plante verte n'est pas du même vert pour un trichromate ou pour un tétrachromate[3].

Mais à quoi ça ressemble, de l'ultraviolet ? Pour un humain normal, ça ressemble à du « noir qui fait mal aux yeux » (la lumière noire des boites de nuit). Pour un tétrachromate, je ne sais pas, je ne suis pas tétrachromate.

Ce que je peux dire en revanche, c'est que l'ultraviolet vu par les tétrachromates ne doit probablement pas ressembler à du violet profond. Pourquoi ?

Et c'est là que nous devons réfléchir à nos conceptions les plus fondamentales. L'ultraviolet, c'est, étymologiquement, ce qu’il y a au-delà du violet (ultra- en latin signifie au-delà et a donné outre- en français – ce n’est pas supermégagiga, comme on le voit souvent dans la fiction). Nous autres pauvres trichromates ne pouvont ressentir ce qu’est l’ultraviolet que de manière lointaine. Mais nous pouvons opérer une translation depuis quelque chose de plus connu et extrapoler depuis là.

Qu’est-ce que le rouge ? C’est une couleur primaire qui est plus orange que l’orange. Le rouge est de l’« ultra-orange ». L’ultraviolet est une couleur primaire qui est plus violette que le violet. Si nous appelions cette frange de l’ultraviolet romboin, par exemple, alors nous pourrions dire que le romboin est après le violet, tout comme le rouge est après l’orange. Et tout le monde comprendrait.

Nous voyons désormais que le problème de conceptualisation de la couleur de l’ultraviolet est en fait pour bonne partie lié à la linguistique. Sapir et Whorf ne pourraient qu’acquiescer…


  1. Car les tétrachromates ne voient pas tout l'ultraviolet, juste une partie. C’est parce que nous n'en avons pas vu l'utilité que nous avons donnée un même mot à des longueurs d'onde différente — c’est comme de parler de lumière visible sans inventer les mots jaune, ocre, bleu… Notez que les scientifiques, toutefois, distinguent UVA, UVB, UVC, V-UV et X-UV — mais ce n’est pas très parlant !
  2. En poursuivant, nous pouvons imaginer qu’il y a plusieurs couleurs primaires dans l’ultraviolet — c’est même probable, tout choix de couleur primaire étant arbitraire (Wikipedia). Les couleurs primaires ne sont pas une réalité physique, contrairement à la couleur, mais une invention humaine.
  3. pour un autre cas fascinant de différence de perception de couleurs, lire Synesthésie : la couleur des lettres

flattr this!

Garden-path sentences

Time flies like an arrow.
Fruit flies like a banana.

Cette « blague » n’est pas vraiment traduisible. Disons que les mots changent de sens au fur et à mesure que nous lisons la phrase. En effet, flies signifie à la fois les mouches et vole (troisième personne du singulier) et like à la fois comme et aiment (troisième personne du pluriel). L’effet est renforcé par le parallélisme qui encourage à reproduire le schéma.

Le temps vole comme une flèche.
Les mouches à fruit aiment une banane / Le fruit vole comme une banane.

Ce procédé est appelé Garden path sentence et est utilisé en psycholinguistique pour montrer comment fonctionne le cerveau humain (information trouvée chez David Madore).

Voir aussi :

  • Can you raed tihs? Les première et dernière lettres d’un mot sont les plus importantes
  • l’illusion de la taille de fenêtre. Là encore, les extrémités importent. Ici, la ligne.
  • Savoureuses frites. La vidéo de présentation de Tiger ou Steve Jobs entrait le mot french fries et que le traducteur changeait la traduction au fur et à mesure que les mots apparaissaient (french oriente vers français, mais avec fries, cela devient frites).

flattr this!

Linguistique et numération

Initialement publié le 24 novembre 2005 à 22:06:59

Je ne me souviens plus où j’ai lu pour la poule, j’espère ne pas dire de bêtises.

La poule sait compter : un, deux, beaucoup. De même en va-t-il pour les Pirahã du Brésil.

Tiens, en faisant des recherches (je n’ai toujours pas retrouvé, pour la poule), je tombe sur Certains peuples comptent en « un, deux, beaucoup », qui a une liste plus étendue de tels peuples. J’y ai aussi appris que le mot plusieurs s’applique à plus de deux, pas plus de un. À comparer avec second (deux, pas plus) et deuxième (deux et plus)Second et deuxième sont des synonymes, non des parasynonymes.

Un corbeau causait du tort à un paysan, car il faisait fuir les oiseaux de son pigeonnier. Le fermier s’arma d’un fusil et prit position dans la tour. Le corbeau se tint à distance du toit, attendant que le fermier s’en aille. Le paysan revint alors avec un complice : le complice ressortirait, faisant croire à l’oiseau que le pigeonnier était vide. Le volatile, prudent, attendit que les deux hommes soient repartis. En fin de compte, il fallut cinq comparses pour berner l’oiseau.

Jean-Michel Cornu commente là-dessus en insinuant que le langage semble indispensable pour toute numération précise au-delà de cinq : Nous savons compter précisément sans avoir besoin de vocabulaire jusqu’à cinq. Ensuite, soit nous devons disposer d’un langage soit nous devons nous contenter de calculs approximatifs. L’auteur fait remarquer que le calcul approximatif est beaucoup plus qu’une mathématique non aboutie : l’évaluation des sentiments ou des relations entre personnes est du calcul approximatif, car elle n’est pas mesurable mathématiquement. Ainsi, l’approximatif n’est pas du calcul au rabais (enfin si, mais seulement d’une certaine manière).

flattr this!

Reliquats de duel en français et anglais

Initialement publié le 14 février 2006 à 15:04:48

Pour ceux qui débarquent, mon « obsession » du duel vient de ce que ce nombre existe encore en slovène.

Français

Anglais

  • Both

Comme le fait remarquer Jean-Michel Cornu, l’homme distingue entre l’interaction simple et l’interaction complexe. La première se joue entre deux personnes ; la seconde entre plus de deux personnes. Notons également, puisque l’on parle de personne, qu’il y a trois personnes grammaticales :

  • la première personne (je) : pas d’interaction
  • la seconde personne (tu) : interaction simple
  • la troisième personne (il) : interaction complexe

Cette dernière remarque est de moi, mais je ne crois pas me tromper en disant qu’il y a un rapport avec le point précédent.

Sur ce sujet, lire aussi Linguistique et numération.

flattr this!

Le lojban, l’autre Web sémantique

Vous ne connaissez sûrement pas le lojban, une langue artificielle dont les prémisses servaient à explorer l’hypothèse Sapir-Whorf (popularisée par Les langages de Pao, cette hypothèse veut que la langue conditionne ses locuteurs : un peuple dont la langue n’a pas de champ lexical pour la guerre sera pacifique. Pensez aussi à la novlangue de 1984). Plus particulièrement, le but était de faire une langue si puissamment expressive pour la logique et si bien calculée pour que les personnes qui l’apprennent que celles-ci penseraient mieux, si l’hypothèse [Sapir-Whorf] était vraie.

Très peu parlée, c’est une langue à l’opposée des langues naturelles, car elle est rigoureuse, formelle (au sens scientique du terme) : réglée comme du papier à musique, aucune exception…

Le rapport avec le titre ? Et bien, on dit souvent que le Web sémantique, c’est pour l’ordinateur. Ça sert à ce qu’il comprenne ce que vous voulez dire ou faire, pour passer du perroquet à la compréhension. L’objectif n’est pas de « discuter chiffon » avec l’ordinateur, mais d’effectuer du DWIM, « fait ce que je veux », ce qui pour le moment s’applique surtout au rapatriement d’informations, mais ne lui est nullement limité.

Et c’est là que le lojban sort du champ de la simple curiosité scientifique :

le lojban est conçu pour être utilisé par des personnes pour communiquer entre elles, et éventuellement, dans le futur, avec des ordinateurs.

L’ancêtre de cette langue, le loglan, est mentionné dans cet usage dans Révolte sur la Lune (The Moon is a Harsh Mistress).

Vous souvenez-vous du binaire de R2D2 ?


La citation à-peu-près-dans-le-sujet du jour : Le français, c’est quand même vachement pas secure, comme langage.

flattr this!

Can You Raed Tihs?

Aoccdrnig to a rscheearch at an Elingsh uinervtisy, it deosn’t mttaer in waht oredr the ltteers in a wrod are, the olny iprmoetnt tihng is taht frist and lsat ltteer is at the rghit pclae. The rset can be a toatl mses and you can sitll raed it wouthit porbelm. Tihs is bcuseae we do not raed ervey lteter by itslef but the wrod as a wlohe. ceehiro.

This text is still readable even though almost all letters are at the wrong place. The trick is to let the first and the last letters at the right position, brain will do the rest.

flattr this!