Archives du mot-clé George Bush

De par Le Monde — 15 août 2007

  • Fin de règne. Dans sa dernière livraison, l’influent hebdomadaire britannique The Economist s’interroge : L’Amérique vire-t-elle à gauche ? [Le départ de Karl Rove, homme convaincu de pouvoir changer l’histoire en établissant une majorité républicaine durable pour les générations à venir], constitue un élément de réponse.. Quand on sait que la Fance, pays autrefois meneur, suit les États-Unis presque systématiquement, voilà de quoi prévoir le résultat des élections présidentielles de 2012. Si, en plus, nous prenons en compte que gauche aux États-Unis, ça veut dire centre en France, ça augure de bonne choses pour le MoDem… Bay-rou-dans-cinq-ans !
  • Repenser la sécurité routière. un jour ou l’autre, l’UE finira par admettre que les transporteurs routiers et leurs clients doivent intégrer dans leurs calculs de rentabilité une partie des coûts qu’ils génèrent : usure des infrastructures, gaz à effet de serre, insécurité routière… Ce jour-là, l’avantage économique changera de camp de façon beaucoup plus nette. Et le plus tôt sera le mieux. Et même les libéaux devraient le reconnaître : en matière de transport, on ne peut pas vraiment parler de concurrence libre et non faussée. La route fait de la concurrence déloyale à d’autres moyens de transport. Ceci rejoint la question plus vaste du calcul de l’ensemble des coûts et des subventions (pensez à l’agriculture). Lire à ce sujet Qu’est-ce que devrait être l’écologie politique ?
  • Free attaque France Télécom devant le Conseil de la concurrence. Mais Free ou Neuf Cegetel, qui ont aussi l’intention de se doter de réseaux à très haut débit, n’ont pas vraiment le choix. Se payer un réseau [de fibre optique] ex nihilo, en creusant de nouvelles tranchées, coûterait des milliards d’euros. Ils sont donc contraints d’obtenir un droit de passage dans les fourreaux déjà posés. Et l’aménagement du territoire dans tout ça ? L’infrastructure, la volonté de maîtrise et la chasse aux redondances ? Pourquoi ne donne-t-on que des arguments de gros sous ? Il y a quelqu’un à la barre ?
  • Sargon l'ambitieux. Les deux peuples [akkadien et sumérien] sont aussi étrangers l’un à l’autre que possible. Leurs langues sont très dissemblables, autant que peuvent l’être, par exemple, le français et le mandarin. L’akkadien est sémitique : un arabophone d’aujourd’hui y reconnaîtrait des mots. Le sumérien, lui, ne se rattache à aucune langue connue, vivante ou morte. Ses locuteurs – qui inventent l’écriture, le cunéiforme, vers 3 000 avant J.-C. – demeurent d’ailleurs, à plusieurs égards, un complet mystère. Le fait sumérien, dans un environnement globalement sémitique, reste tout à fait énigmatique, dit Jean-Marie Durand (Collège de France). Nul ne sait non plus de quelle région ils sont originaires, ni pourquoi ils viennent se fixer, sans doute vers le IVe millénaire avant notre ère, sur une terre aussi incommode que le Sud mésopotamien… Voilà qui donne des idées de science-fiction. Comment ça, le filon a déjà été creusé ? Mais non, Stargate, c’était l’Égypte.
  • Le tapis se transforme en tabouret ou en table À première vue, c’est un tapis en laine de 120 cm2 aux coins arrondis, matelassé et confortable. …] Il suffit de tirer [su le bouton central et] les panneaux se soulèvent, les facettes se mettent en place et le tapis devient un tabouret, ou pourquoi pas une petite table d’appoint au drapé classique. 392 euros, mazette ! Dommage, car moi qui essais toujours de tout faire tenir dans un sac à dos, j’aime ce genre d’ovjet compact

flattr this!