Archives du mot-clé dégoûté

Offres d’emploi : du gros n’importe quoi

Travail temporaire, 7 jours. Pré-requis : Parfaitement bilingue, Bac+5

Et ceci n’est pas si exceptionnel que cela. Non, mais où va-t-on ?


Ah et puis ça aussi :

  • Bonnes connaissances de l’informatique nécessaires.
  • Formation et connaissances : DUT informatique exigé(e) et BTS informatique exigé(e)

On passera sur le féminin totalement déplacé ici et on savourera la pensée du nombre de titulaires d’un BTS ou d’un DUT informatique qui ne connaissent rien à l’informatique…

Flattr this!

La SNCF se met-elle au spam ?

C’était le 22 septembre 2006, donc pas tout jeune. Mais ça ne change rien à l’affaire.

Spam de la SNCF

Flattr this!

Représentativité dans la politique française : il y a comme un problème…

Mouvement démocrate : 100 000 adhérents, troisième force politique du pays, 1 député.

J’ai pris l’exemple du Mouvement démocrate pour des raisons évidentes, mais ceci s’étend à l’ensemble des partis politiques autres que le cartel duopolistique de l’UMPS. Il y a comme un problème…

Flattr this!

Viadeo et LinkedIn : un spammeur et un emploi

Jérôme Lauriol nous signale les inquiétantes pratiques de Viadeo : les campagnes de spam initiées par la direction de Viadeo ainsi que son message a été censuré sans aucune explication.

En revanche et à l’inverse, je tiens à remercier LinkedIn, grâce auquel j’ai décroché un emploi très intéressant. Je n’en dis pas plus pour le moment, sachez juste que j’agirais justement dans le domaine que je cherchais, à savoir l’accessibilité et la sémantique Web, et que je travaillerais à faire progresser la cause d’un Web meilleur, parce que ce qui fait courir Tristan me fait courir aussi. Merci à tous ceux qui m’ont proposé des pistes et des postes ; je ne vous oublie pas.

Je l’ai déjà dit, mais encore merci !

Flattr this!

En démocratie, on a les dirigeants qu’on mérite

Lu chez Ali Baba et je vous enjoins, que dis-je ! vous ordonne de lire article et commentaire (en fait ajout) dans son entier.

Il fut difficile de choisir le morceau à conserver. Le voici :

Même si ce discours est une consolation pour ceux qui vivent la politique avec leur rationalité avant de la vivre avec leurs « tripes », l’histoire nous montre qu’en France les « candidats de la raison » ne font pas recette. Les bonimenteurs comme Chirac ou Mitterrand ont été préféré aux hommes d’État comme Barre ou Rocard.

À vous dégouter de la France.

Flattr this!

Évolution de la langue de bois : de l’euphémisme au sigle

[…] La « pensée politiquement correcte » a déferlé sur la langue, en donnant tout d’abord l’impression d’une certaine délicatesse. Il pouvait en effet sembler délicat de ne plus nommer vieux les vieux, même si le fait des les classer dans le troisième âge ne les rajeunissait pas. Et pourquoi ne par appeler les aveugles non-voyants : cela ne leur donnerait certes pas la vue, mais ne mangeait pas de pain. […]

De remplacement en remplacement, ou de synonymie en synonymie, c’est cependant une véritable langue de bois qui se mettait en place. Car, peu à peu, cette tendance évoluait vers une distorsion des réalités. Ainsi, faire des sourds des mal-entendants (et non pas de non-entendants) ne consistait plus à dire les choses différemment, mais à dire des choses différentes : les mal-entendants sont des demi-sourds, ou des sourds légers, tandis que les sourds profonds n’entendent pas et sont donc des non-entendants. Le procédé évoluait ainsi jusqu’à devenir à la fois ridicule (lorsque les balayeurs deviennent des techniciens de surface) et malhonnête (lorsque l’on feint de croire que le fait d’appeler African Americans plutôt que Black Americans les Noirs américains change quoi que ce soit à leur situation…)

C’est ainsi qu’il n’y a plus en France de clochards ou de malheureux mais des sans domicile fixe, puis des SDF, ou que les maladies vénériennes sont d’abord devenues des maladies sexuellement transmissibles puis des MST. Et l’on peut se demander s’il y a du respect pour les gens ou du mépris pour les réalités dans le fait de nommer techniciens de surface les gens que nous payons (mal) pour nettoyer nos déchets, SDF les clodos ou PMA les pays dans lesquels on crève de faim. En fait, les sigles viennent aujourd’hui à la rescousse de la langue de bois. Après avoir opéré une sorte de blanchissage sémantique en donnant un peu de lustre, de poli, à des notions que l’on voulait redorer ou atténuer (la vieillesse, la surdité, la misère, etc.), on les rend définitivement opaques en remplaçant les mots par leurs initiales.

Louis-Jean Calvet, Le français dans le monde, avril 1996.

Flattr this!

Sans surprise

On vous l’avait bien dit…

Amis socialistes, ne venez pas nous dire que nous sommes responsables de votre défaite, et ne venez pas vous plaindre…vous saviez tous que seul M. Bayrou (démocrate, lucide, pragmatique, réaliste, et réflechissant dans l’intérêt de la France…) avait une chance de battre M. Sarkozy…


Mention spéciale pour cet excellent pastiche du général de Gaulle :

Les chefs qui, depuis de nombreuses années, sont à la tête de l’UMP, vont former un gouvernement. Ce gouvernement, alléguant la défaite de notre camp, s’est mis en rapport avec les forces financières pour leur livrer notre pays.

Certes, nous avons été, nous sommes, submergés par la force de communication, démagogique et financière de l’ennemi.

Infiniment plus que leur idées, ce sont les medias, les sondages, la communication de l’UMP qui nous font reculer. Ce sont les medias, les sondages, la communication qui ont surpris les autres prétendants au point de les amener là où ils en sont aujourd’hui.

Mais le dernier mot est-il dit ? L’espérance doit-elle disparaître ? La défaite est-elle définitive ? Non !

Croyez-moi, moi qui vous parle en connaissance de cause et vous dis que rien n’est perdu pour la France. Les mêmes moyens qui nous ont vaincus peuvent faire venir un jour la victoire.

Car la France n’est pas seule ! Elle n’est pas seule ! Elle n’est pas seule ! Elle a un vaste passé derrière elle.

Cette bataille pour l’écologie et l’avenir du monde n’est pas limitée au territoire malheureux de notre pays. Cette bataille de société n’est pas tranchée par l’élection présidentielle. Toutes les fautes, tous les retards, toutes les souffrances, n’empêchent pas qu’il y a, dans notre pays, tous les moyens nécessaires pour écraser un jour nos ennemis antidémocrates et antihumanistes. Foudroyés aujourd’hui par la communication, nous pourrons vaincre dans l’avenir par une communication supérieure. Le destin du monde est là.

Moi, résistant, actuellement à Paris, j’invite les patriotes français qui se trouvent en territoire national ou qui viendraient à s’y trouver, avec leurs idées et j’invite les jeunes et les Français de toute origine qui se trouvent en territoire national ou qui viendraient à s’y trouver, à se mettre en rapport avec le Mouvement démocrate de François Bayrou. Quoi qu’il arrive, la flamme de la résistance française ne doit pas s’éteindre et ne s’éteindra pas. Demain, comme aujourd’hui, je parlerai sur Internet.


Pour rejoindre le Mouvement démocrate, cliquez ici

Flattr this!