Archives du mot-clé animaux

Des Moscovites pas si bêtes

La vie en milieu urbain rendrait les animaux errants – chiens, chats, oiseaux – plus intelligents : telle est la constatation effectuée par des chercheurs russes. Les explications du quotidien Novyé Izvestia. Continue reading

flattr this!

L’intelligence des animaux

Prenons l’exemple des castors. Ces rongeurs à moitié aquatiques se montrent à l’évidence programmés pour construire des digues compliquées. Ils savent le faire de façon innée. Portant, dans bien des situations, ces animaux très joueurs et très actifs n’agissent pas du tout comme des automates. Ils savent s’adapter aux situations inédites, inventer. Parfois, les digues s’écroulent alors ils les colmatent, les consolident avec ingéniosité. Quand le niveau de l’eau est trop haut, ils creusent des trous dans leur propre barrage pour éviter les iodations. Dégrader leur digue est pourtant contraire à leur comportement habituel. Ils trouvent des solutions faces à de nouveaux problèmes.

Les observant en biologiste, Derek Denton demande : les castors ne font-ils pas preuve d’intentions claires, de projets d’avenir élaborant des images mentales, disposant d’un modèle interne de leur environnement – autant de témoignages d’un esprit concepteur, d’une pensée ?

L’éthologue Donald Griffin le croit. Dans ces situations, explique-t-il, les castors font véritablement preuve d’un comportement versatile innovant.

Il donne d’autres exemples. Des castors se trouvent séparés des arbres qu’ils coupent d’habitude par une grille de fer. Alors ils entassent de la boue et des bâtons afin de faire un monticule, passer l’obstacle et récupérer le bois. D’autres castors construisent des remblais pour atteindre des morceaux de pain en haut d’un poteau de fer. Ou encore, ils bouchent des canalisations afin de faire monter l’eau dans leurs bassins. Toutes ces activités, affirme Gruffin, témoignent d’un premier niveau d’intentionnalité, d’une élaboration de projets collectifs, d’un apprentissage par essais et erreur – d’un « esprit » actif. Certaines semblent aussi connaitre, face à des situations nouvelles, des insights : des compréhensions soudaines.

[…]

[Benrd Heinrich, The Mind of the Raven, 1994 :] les corbeaux savent mentir. Par exemple, un corbeau ramasse un biscuit, s’isole et le cache en le recouvrant d’herbe. Un autre corbeau, qui l’observait de loin, vient pour le récupérer. Le biscuit n’est pas là.

[…]

Pierre Jouventin tire quelques leçons de toutes ses découvertes sur l’esprit des bêtes. Descartes s’est trompé, nous dit-il. Tout le monde sait aujourd’hui que le concept de « l’animal-machine » est faux. Il fallait être vraiment incompétent dans le domaine, ou buté sur le « domaine réservé » de l’homme pour le croire. Il apparait complètement arbitraire et illogique de mettre l’homme dans une tour d’ivoire où lui seul pense, souffre, raisonne, possède un langage et des souvenirs. Un neuropsychologue et éthologue comme Boris Cyrulnik ajoute dans Mémoire de singe et paroles d’homme (Hachette, 198) : Le jour où l’on acceptera enfin qu’il existe une pensée sans paroles chez les animaux, nous éprouverons un grand malaise à les avoir humiliés et considérés aussi longtemps comme des machines.

Le Monde 2, août 2007, p. 12-17

Nous ne sommes évidemment pas loin de l’antispécisme (extension du refus du sexisme et du refus du racisme aux êtres vivants). Attention : l’antispécisme est une considération morale, pas scientifique. Ce qui n’enlève bien sûr rien à son intérêt. D’autant plus que science sans conscience n’est que ruine de l’âme.

flattr this!

Le sixième sens animal pour prévoir les catastrophes naturelles ?

Initialement publié le 06 janvier 2005 à 16:48:18

Texte original disponible sur Internet Archive

Alors que le bilan humain ne cesse d’augmenter en Asie, le nombre d’animaux morts reste limité. Les animaux auraient senti le danger arriver et se seraient mis à l’abri. Aurait-on pu prévoir le tremblement de terre et ses terribles conséquences en observant le comportement des animaux ?

Continue reading

flattr this!