Archives du mot-clé 35 heures

De par Le Monde – 31 juillet 2007

  • La durée du travail augmente partout en Allemagne Après avoir imposé, en 1995, les 35 heures dans l’industrie métallurgique, les aciéries et les imprimeries, les syndicats allemands ont été contraints, depuis quelques années, d’accepter un retour partiel aux 40 heures. La France étant chroniquement en retard sur l’Allemagne sur les questions sociales, je vous laisse additionner deux et deux…
  • L’Internet à très haut débit pour tous coûtera des milliards d’euros Mi-juillet, Free a été condamné par la cour d’appel de Paris pour des brochures envoyées à des syndics comportant le logo de la mairie de Paris et prétendant que le raccordement à la fibre était obligatoire… Lire aussi Free l’hypocrite.
  • Le génie de la gratuité Je fais le plus beau métier du monde, j’imagine des choses extraordinaires et je leur donne vie. En fait, c’est une activité totale, qui me définit en tant qu’homme.

flattr this!

Légitimité des 35 heures

PARIS (AFP) – Le ministre de l’Équipement Gilles de Robien, seul membre UDF du gouvernement, a déclaré que la réduction du temps de travail va dans le sens de l’histoire, dans un entretien au Monde daté de vendredi.

On est passé de 3 000 heures de travail par an au XIXe siècle à environ 1 680 heures aujourd’hui, avec, pourtant, un enrichissement global et une forte hausse de la productivité, dit M. de Robien, qui a donné son nom à une loi sur la réduction du temps de travail votée en 1996.

C’est le génie d’un peuple d’être capable de travailler mieux. Les Français, qui ne sont pas fainéants, sont parmi les salariés les plus productifs du monde, ajoute-t-il.

Alors que l’UDF, par la voix de son président François Bayrou, a affirmé que le gouvernement, qui a décidé de rallumer le débat sur les 35 heures, devait aller jusqu’au bout, M. de Robien déclare: Vous ne réussirez pas à m’opposer à l’UDF. Je préfère m’opposer sur le fond à Martine Aubry, qui a choisi une méthode autoritaire et uniforme pour les 35 heures.

Aujourd’hui, il faut que les partenaires sociaux discutent entre eux de la possibilité de corriger le tir, en fonction des besoins particuliers propres à chaque entreprise ou secteur, affirme M. de Robien. Le projet de loi que le gouvernement présentera en fin d’année sur la formation et le dialogue social permettra d’introduire plus de souplesse et d’autonomie pour la négociation dans les entreprises, poursuit-il.

Ils en parlent mais ne me le disent pas, les petits cachottiers :

flattr this!