Le transhumanisme à Laval Virtual (3) — David Latapie

Ça y est, après Aubrey de Grey et avant James H. Moor, donc entre deux sommités internationales, c’est le grand moment. C’est à mon tour.

Je commence à bafouiller un merci.

iPad à ma gauche (pour les notes), ordinateur à ma droite (pour la présentation), je me lance.

Je me présente, ainsi que l’association. J’essaie de m’en tenir au texte collectif, d’expliquer les spécificités du transhumanisme en France. Je dis que les impacts sont légions et qu’en fait, il y en a tellement qu’il ne faut plus parler de technologie, mais de politique. Je mets en avant les points suivants :

  • La présence de plusieurs tendances dans le transhumanisme est la preuve que celui-ci est solide.
  • Le transhumanisme est pris très au sérieux par les cabinets de conseil, lesquels ne parlent pas à des doux rêveurs mais à des investisseurs. C’est là que je place bien sûr les diagrammes de Gartner.
  • Les interactions sont légions – en début de séance, j’ai distribué à tout le monde des exemplaires de ma carte heuristique, que je leur commente donc.
  • La sagesse humaine n’a pas progressé de beaucoup, alors que la technologie a explosé. Nous ne savons toujours par arbitrer entre l’intérêt général et l’intérêt particulier (Marvin Minsky, 1994, Laisserons-nous la Terre à des robots ?).
  • Le feu sert à cuire les aliments comme à brûler les hommes – ce n’est pas le feu qu’il faut blâmer en cas de mauvais usage, mais l’homme qui est derrière et qui, s’il n’avait pas eu de feu, aurait pris un fouet.
  • Ne nous leurrons pas, il y a trop d’argent et trop d’espoirs en jeu ; bien des “anti” seront “pour” quand ils seront concernés au premier chef, ainsi est fait l’homme. Le transhumanisme arrivera, futur simple.
  • En revanche, on ne peut arrêter une rivière mais on peut la canaliser. Les pouvoirs publics sont très conservateurs et se réveilleront trop tard. C’est donc à nous, AFT, de sensibiliser l’opinion publique pour permettre un transhumanisme choisi et non un transhumanisme subi.

Malgré mes écarts et mon stress, les avis furent unanimes (et répétés) de la part d’Aubrey comme de James (et d’autres). Ouf, je pouvais me rassoir.

À demain pour la présentation de James Moor !

flattr this!