La différence entre l’épicurisme et le stoïcisme, simplement

Version courte

Les deux atteignent le bonheur en supprimant la souffrance en acceptant le non négociable. Mais dans les deux cas, la vision du monde étant différente, il ne s’agit pas de la même chose.

  • Pour les épicuriens : accepter son destin, car sinon c’est idiot et source de souffrance inutile.
  • Pour les stoïciens : supprimer les désirs-plaisirs qui sont causes de souffrance et ne dépendent pas de nous.

Version longue

Oui le stoïcisme est fataliste. Nous sommes liés par notre destin. Cela se retrouve dans la vision des choses, comme l’importance de la recherche des causes et des conséquences notamment. Ici atteindre le bonheur, donc l’absence de souffrance passe comme tu le fais remarquer par l’acceptation du non négociable.

En revanche l’épicurisme, lui, est profondément matérialiste. Nous sommes fait d’atomes qui ont une tendance naturelle au clinamen qui est l’explication physique de notre liberté individuelle selon l’épicurisme. De nouveau. le but est l’ataraxie, ce bonheur non souffrance. Mais ici il ne s’agit plus de la même chose dans la mesure où la vision de l’univers est radicalement opposée. Ici, pour ne pas souffrir inutilement, il faut supprimer les causes des souffrance qui ne dépendent pas de nos atomes (il est toujours question ici de la vision épicurienne de l’atome). Ces causes sont les désirs ni naturels ni nécessaires (gloire, richesse, etc.) qui sont par nature insatiable et donc toujours cause de souffrance. Il y à l’opposé les désirs (et plaisirs équivalent) naturels et nécessaires comme manger, boire, dormir qui sont les seuls à dépendre de nos atomes et de ce fait les seuls que l’ont ne peut supprimer. Et pour terminer les plaisirs ou désirs naturel mais non nécessaire comme pour prendre un exemple simple « manger de la poularde aux truffes ». Un bon épicurien prendra plaisir à « manger de la poularde au truffes » mais pas plus que si il mangeait une miche de pain car le seul but est le silence de ses atomes, l’absence de faim dans ce cas précis.

Auteur : Wassim Bouaissi

Flattr this!

  • Emma

    “Pour les épicuriens : accepter son destin, car sinon c’est idiot et source de souffrance inutile.

    Pour les stoïciens : supprimer les désirs-plaisirs qui sont causes de souffrance et ne dépendent pas de nous.”

    C’est le contraire il me semble. C’est plutôt les épicuriens qui préconisent de supprimer les désirs non naturels et non pas les stoïciens 🙂

    • charlotte

      oui en effet tu te contredis toi meme!!!