Je suis neuro-droitier

Petite précision : il semble que j'amalgame dans cet article neuro-droitier et zèbre/surdoué. Mais je n'ai toujours pas réussi à voir ce qui tient de l'un et ce qui tient de l'autre…

Vous êtes toujours à penser à quatre choses en même temps, vous sentez incompris, n'arrivez pas à exprimer clairement vos idées aux autres et à faire court, vous fonctionnez à la motivation, avez besoin de comprendre la grande image pour comprendre les enchaînements de détails, voire avez été en situation d'échec scolaire… Il y a des chances pour que vous soyiez neuro-droitier.

  1. Définition
  2. Mon analyse
  3. Phrases
  4. Deux chantiers concrets
  5. Relation avec les autres tests de personnalités
  6. Un avenir radieux pour les neuro-droitiers ?

Définition

Neuro-droitier signifie travailler plutôt avec le cerveau droit qu'avec le gauche. Vous pouvez vulgariser en utilisant les termes cerveau droit (pas très parlant) ou intuitif (limitatif).

Cerveau gauche
Masculin, rationnel, analytique, séquentiel, commande la main droite
Cerveau droit
Féminin, intuitif, heuristique, parallèle, commande la main gauche

Quelques remarques :

  • Malgré les épithètes masculin et féminin, il y autant d'hommes que de femmes neuro-droitiers (quand bien même la structure cérébrale des femmes les rend plus aptes au multitâche et celle des hommes au monotâche).
  • De même, il n'y pas davantage de gauchers (de main) chez les neuro-droitiers.
  • Les neuro-droitiers ne forment que 15 à 30 % de la population, ce qui fait d'eux une minorité, avec toutes les conséquences sociales qui vont avec (ostracisation, incompréhension, remise en cause…).
  • Attention au terme rationnel : il est souvent connoté méliorativement (et donc, par opposition, ceux qui ne sont pas rationnels sont moins bons).
  • Analytique et séquentiel vont dans la même direction : on examine une chose à la fois. Heuristique et parallèle aussi : la vision d'ensemble (heuristique) nécessite d'examiner plusieurs pistes en même temps, pour pouvoir les relier.
  • Les surdoués sont neuro-droitiers, mais les neuro-droitiers ne sont pas forcément surdoués. Si le neuro-droitier est plus intelligent, c'est juste au sens étymologique du mot intelligence (intelligere, lier ensemble). Aujourd'hui, on dira plutôt que le neuro-droitier est un créatif.

Vérifiez votre préférence hémisphérique, confirmez en lisant un second descriptif des neuro-drotiers et si c'est le cas, lisez le Petit guide à l'usage des gens intelligents qui ne se trouvent pas très doués.

Mon analyse

Ci-dessous ce que ça donne pour moi (qui suis aussi ENFP et Bélier ; j'essais quand même de prendre garde à l'effet Barnum). Ironiquement, je travaille avec des ordinateurs mais mon processus de pensée est le contraire de celui d'un ordinateur (les neuro-gauchers, eux, travaillent comme des ordinateurs). Je dis toujours que j'aime les ordinateurs, mais qu'ils ne me le rendent pas…

Impression d'être incompris

  • cerveau droit : traitement en parallèle alors que parole/écriture : traitement en séquentiel => difficulté à expliquer (synoptiques plus adaptés mais ne permet d'échanger qu'avec d'autres neuro-droitiers ; d'ailleurs, cet article lui-même gagnerait grandement à être un schéma synoptique), souvent par "interrupteurs" ou style télégraphique (avec hyperliens dans tous les sens si écrit sur le web).
  • neuro-droitiers minoritaires (15 % à 30 % de la population), système de valeurs fait par et pour neuro-gauchers.
  • cerveau droit : cerveau féminin => aspect efféminé qui pourri la vie d'un mec qui veut séduire.
  • ENFP (MBTI) : soif de reconnaissance mise à mal par les trois points précédents.
  • apparence de grande intelligence (le parallélisme permet de relier des choses sans rapport apparent) => rejet

Sentiment d'infériorité

  • exclusion (voir plus haut).
  • enseignement traditionnellement séquentiel alors que le neuro-droitier a besoin d'avoir la grande image avant de commencer l'enseignement (je le vois dans mes cours d'informatique). Conséquence : si votre enfant est neuro-droitier, essayez des écoles adaptées (Montesori ?). Du coup, vous saurez que je commence à comprendre quelque chose quand je commencerai à rédiger des tableaux synoptiques.

Difficulté d'organisation

  • tourmenté par le sentiment d'exclusion => distraction.
  • toujours plusieurs projets en tête (caractéristique du cerveau droit) : difficulté à ne pas perdre trop de temps et d'énergie en context-switching.

Débute mais ne termine pas

  • sentiment d'échec, puisque pas de réalisation => sentiment d'infériorité (vois plus haut).
  • fonctionne à la motivation (qui est une émotion, donc du cerveau droit) ; typiquement, la motivation baisse quand un projet dure, d'où l'importance de s'inventer des mini-défis pour remonter sa motivation.
  • Bélier.
  • ENFP (Les ENFP sont les initiateurs du changement).

Phrases

Quelques phrases tirées du site que je n'ai pas réussi à placer ailleurs :

Sur les neuro-gauchers

Pour un neuro-droitier, la non compréhension de ses idées par les neuro-gauchers peut être considérée comme un manque d’ouverture d’esprit.

Penser autrement — quotidien

Sur la hiérarchie

Le problème est que vous ne savez pas expliciter votre point de vue et que, souvent, vous ne supportez pas les relations hiérarchiques avec les « petits chefs » qui ne vous comprennent pas. Parler de stratégie avec le « big boss » vous est plus facile.

Penser autrement — en entreprise

J'ajouterai : dites-bien que vous avez besoin d’avoir une vision globale (amont et aval) du projet. Ça peut déranger les managers qui craignent le lèse-majesté. En ce cas, changez d'emploi (ou au moins de manager) sinon vous souffrirez ; vous êtes (comme moi) tout simplement incapable d'avancer à tâtons. Aller contre votre nature n'est bon ni pour vous ni pour l'entreprise (et donc pas bon non plus pour le manager).

Sur les projets

De fait, il parvient à faire ce qu’il lui échoit sans difficulté si tant est qu’on ne lui demande pas de suivre des étapes bien définies à l’avance ou de suivre ce qu’il a dit qu’il ferait, si d’aventure et sous l’injonction de ses collaborateurs, il a pris le risque de l’annoncer.

Découvrir un profil atypique, le neuro-droitier

Sur la vie en entreprise

Ses émotions le submergent facilement sans qu’il lui soit possible de les expliquer ou de s’y soustraire aussi promptement que d’autres. Elles contribuent alors parfois à ajouter ou de la confusion dans la communication, ou à lui faire adopter une position forte de repli ou, au contraire, d’explosion dans des situations critiques.

Ses stratégies organisationnelles sont souvent méconnues des autres et de lui en particulier, ce qui le conduit à se déprécier et à être perçu en deçà de ses réelles compétences.

Penser autrement — en entreprise

Deux chantiers concrets

Être heureux en sentiment

Que l'on aborde la socionique, le MBTI, la neuro-latéralité ou simplement le darwinisme (attirance pour les systèmes immunitaires différents), le même constant revient toujours : l'importance de trouver un complémentaire : un intuitif (neuro-droitier, xNxx) a besoin d'un analytique (neuro-gaucher, xSxx). Oui, ça a l'air bizarre comme ça, parce qu'on se dirait qu'on n'a rien à se dire. Et pourtant… Attention, ceci ne vaut pas pour la perception/jugement (pas de xSxJ)

Être heureux en travail

Commment réussir un projet quand on est neuro-droitier : il suffit de laisser « mûrir » un projet et la solution vient d’elle-même. Le problème vient du fait que, par mimétisme et pour me sentir accepté (très important pour un ENFP), je me suis mis à faire "comme les autres", c'est-à-dire comme les neuro-gauchers (ceux-ci étant majoritaires) alors que ce n'est pas ma voie. Résultat : échecs sur échecs.

Relation avec les autres tests de personnalités

MBTI

De même, sa visibilité et sa gestion du temps sont sujettes à discrédit, la dispersion est un écueil potentiel.

De même, sa visibilité et sa gestion du temps sont sujettes à discrédit, la dispersion est un écueil potentiel.

Les neuro-droitiers semblent correspondrent aux NP (intuitifs et brouillons). C'est novateur, car le digramme ne correspond pas aux rapprochements généralement effectués avec les tempéraments de Keirsey (et donc de Platon et Hippocrate) ; en effet, les digrammes traditionnels sont NF, NT, SJ et SP.

Ce sera plus simple avec un tableau :

╔════════════╤═══════════╤════════════╤═════════════╗
║     SJ     │     SP    │     NF     │     NT      ║
║  Guardian  │  Artisan  │  Idealist  │  Rational   ║
╠════════════╪═══════════╪════════════╪═════════════╣
║    ESFJ    │   ESTP    │    ENFJ    │    ENTJ     ║
║  Provider  │ Promoter  │  Teacher   │Fieldmarshal ║
║            │           │            │             ║
║    ISTJ    │   ISFP    │    INFJ    │    INTJ     ║
║  Inspector │ Composer  │  Counselor │ Mastermind  ║
║            │           │┌───────────┼───────────┐ ║
║    ISFJ    │   ISTP    ││   INFP    │    INTP   │ ║
║  Protector │  Crafter  ││  Healer   │ Architect │ ║
║            │           ││           │           ├─╫── neuro-
║    ESTJ    │   ESFP    ││   ENFP    │    ENTP   │ ║ droitiers
║ Supervisor │ Performer ││ Champion  │ Inventor  │ ║
║            │           │└───────────┼───────────┘ ║
╚════════════╧═══════════╧════════════╧═════════════╝

Socionique

Pas fait

Intelligences multiples

Pas fait, mais peut-être sans objet

Ennéagramme des personnalités

Pas fait, mais est-ce sérieux ?

Un avenir radieux pour les neuro-droitiers ?

Nous sommes selon Daniel Pink dans une période de transition entre l'âge de l'information, qui a vu la valorisation des qualités analytiques attribuées au cerveau gauche, et l'ère conceptuelle, qui verra prospérer les créatifs, ceux qui possèdent naturellement ou cultivent les qualités artistiques et empathiques propres au cerveau droit.

L'homme aux deux cerveaux

Personnellement, je pense que c'est une mauvaise chose : si on entre dans une ère favorable aux neuro-droitiers, alors ça veut dire une ère défavorable à la majorité de la population (puisque je ne vois aucune raison pour laquelle il devrait y avoir davantage de neuro-droitiers demain qu'aujourd'hui).

Sur un ton plus léger, voici un petit jeu HTML qui fait travailler les deux hémisphères : Twinoo


Remarquez que tous les points que je signale sont des points négatifs. Eh oui, je me concentre sur le négatif, au lieu de me concentrer sur le positif. Un lecteur sur zebra-crossing m'a fait remarquer que je ne parlais pas assez des points positifs (l'enthousiasme, l'écoute, la faculté d'adaptation, l'intuition etc.) Sûrement parce que je tourne tout ce qui pourrait être bon en mal : enthousiasme devient "insouciance/inconséquence", faculté d'adaptation devient "touche à tout mais ne sais rien faire", "écoute" devient "tout le monde peut écouter, il n'y a aucun mérite", "intuition" devient "il n'y rien de solide dans ce que tu dis"…

Tout ceci vous parle ? Alors venez faire un tour sur Zebra-crossing, le site des zèbres (un petit nom pour les neuro-droitiers) !

flattr this!

  • super j’aime bien !
    par contre y a des termes que j’ai pas compris! bon en fait presque tous!
    euh…si tu m’explques je partage sur ma page facebook!
    ( tu peux m’y retrouver magali pignard )
    mag 2

    • Salut Magali !

      Je suis content que ça te plaise

      Alors, voyons, par où commencer…

      • Neuro-droitier : 30 % de la population fonctionne plus avec son cerveau droit qu’avec son cerveau gauche. On les appelle “cinglés”, “surdoués”, “HQI”, “bizarres”, “compliqués”… Moi, je préfère les termes d'”intuitif” ou de “zèbres” (je ne peux pas expliquer en quelques mots d’où vient ce terme, disons juste que c’est un bon point de ralliement). Le contraire du neuro-droitier, c’est le neuro-gaucher, plus souvent appelé “neurotypique” ou bien “gens normaux” ;)
      • Pensée séquentielle : une chose après l’autre (en séquence), c’est le contraire de la pensée parallèle du neuro-droitier. Le neuro-droitier ou zèbre pense à 36 choses en même temps, il est extraordinairement curieux et il est capable de trouver des points commun là où on n’y penserai jamais. Problèmes : cet ouragan d’idées le submerge et lui rend la vie quotidienne difficile et, de plus, il a du mal à exprimer sa pensée, pour la simple et bonne raison que quand on parle on ne peut parler que d’une chose à la fois (la parole est séquentielle) !
      • Analytique : qui fonctionne en considérant la partie plutôt que le tout (analyse). Au contraire du synthétique, qui considère le tout plutôt que la partie (synthèse). Les neuro-droitiers, qui sont synthétiques, accusent souvent les neuro-gauchers, les “gens normaux” de ne pas voir plus loin que le bout de leur nez (les neuro-gauchers leur rendent bien, en accusant les zèbres de ne pas être assez concrets).
      • Epithète : se dit de ce qui qualifie quelqu’un. Par exemple, dans Bruce Tout-Puissant, Tout-Puissant est l’épithète de Bruce. Et dans cerveau masculin et cerveau féminin, tu auras compris ce qui est épithète…
      • ENFP : c’est une catégorie psychologique, tiré de Jung (enfin, de ses élèves). Il se trouve que les termes d’ENFP et de neuro-droitiers se recoupent en partie, mais je ne veux pas m’étendre ici. Si ça t’intéresse, je te conseille de lire un autre article de ma pomme : La théorie des types de-Myers & Briggs (MBTI).
      • MBTI : c’est la théorie psychologique dont est tiré l’ENFP. Voir lien ci-dessus.
      • Socionique : c’est plus ou moins l’équivalent soviétique du MBTI
      • tableau en-dessous : c’est la liste de toutes les catégories MBTI et mon objectif était de recouper les théories. Tant que tu n’as pas compris le MBTI, ignore ce tableau, ça te compliquerai pour rien !

      J’ai oublié de dire que les neuro-droitiers sont souvent des solitaires (même les plus ouverts aux autres, comme moi, sont relativement soltaires)

      Si tu veux davantage d’information, je serai ravi de t’en donner ! J’adore enseigner.

  • Bonjour,
    Je ne dis pas que ce que vous dites est faux. Mais je ne souhaite pas non plus dire qu’il est vrai.

    Je me demande si les termes employés ne sont pas trop vagues pour nous définir. Un peu comme un horoscope nous dirais que ‘la journée sera belle’ (comme à la météo…).
    Certes, les descriptions correspondent avec mon ‘type’ de caractère. Mais n’est-il pas possible que celui-ci soit formé (ou formalisé) par le monde extérieur, qui me considère comme tel ?
    Car plus je lis de documentation concernant ces dons, problèmes et autre … Plus je me dis que je ne correspond ni à l’un … Ni à l’autre. Mais aux DEUX.

    Oui, j’ai aussi lu qu’il était possible de correspondre aux deux blabla. Mais c’est quand même troublant, selon moi.

    Voila, bonne journée à vous.

    • Bonjour,

      Justement, c’est un type de caractère, pas un caractère. Tout comme le terme Caucasien aide à me définir, mais laisse encore beaucoup de vide, le terme neuro-droitier aide à te définir en partie. Dire que je suis Caucasien (= personne de “race” blanche”) est utile pour les statistiques de démographie ou pour les filles qui cherchent des blancs sur les sites de rencontres. Mais ça ne dit rien de ma sensibilité, de mon vécu…

      Pour autant, faut-il jeter le terme Caucasien sous prétexte qu’il ne me décrit pas entièrement ? Bien sûr que non, il faut au contraire le compléter avec d’autre termes imprécis. Et de cette accumulation d’imprécisions viendra un portrait un peu moins imprécis. Je remarque d’ailleurs que les personnes les plus promptes à refuser les “petites cases” sont souvent des perfectionnistes : soit c’est parfait, soit on jette. Précision : ce n’est pas une remarque à ton égard, c’est juste une réflexion générale :)

      Voici pour les petites cases comme définition. Maintenant, les petites cases comme imprégnation, comme quelque chose que les autres plaquent sur vous et qui vous imprègne.

      Oui, à mon sens, nous sommes modelé également par les autres. La taux d’influence des autres sur nous-même varie d’une personne à l’autre. 100 % les autres c’est “pas de personnalité”, on dira même de la personne qu’elle est creuse (pas très attirant, n’est-ce pas ?). Mais le contraire, 0 % des autres, n’est pas mieux : c’est la psycho-rigidité. L’important est de savoir que nous sommes modelés par les autres (par l’éducation, par le regard…) et l’accepter

      Pour terminer : il semble que je sois neuro-droitier ET surdoué (je pensais il y a peu que tous les surdoués étaient neuro-droitiers et apparemment non). Alors il est tout à fait possible que ce soit aussi votre cas :)

      Bonne journée

      • En effet, je suis sur-doué (ou l’ai été…jusqu’à aujourd’hui).
        Merci de votre réponse rapide.
        Mais vos explications sont vraies … Et fausses (j’aime dire ça des choses ‘incomplètes’ à les yeux).
        Vous parlez de caucasien, mais cela représente votre physique, blanc, si j’ai compris.
        Contrairement au terme neuro-droitier qui lui représente un caractère psychologique … Et je trouve bizarre qu’on puisse le compléter avec son terme … Opposé. D’où mon idée de ‘vague’… (“soit c’est par­fait, soit on jette” oui, en quelque sorte… Mais si on ne cherche pas la perfection, pourquoi vivre ?)

        En ce qui me concerne, j’ai eu l’impression, pendant de longues années, de seulement copier les autres, d’essayer de ne garder que les points positifs et d’en faire une chose … Parfaite ou non, qui me définirait.
        Je me suis vite rendu compte que c’était impossible de continuer ainsi : on ne peut pas agir différemment selon son interlocuteur tout le temps, or si il remarque qu’on le ‘copie’ ça lui fera bizarre …. Mais on ne peut pas être trop différent en présence de deux personnes.
        J’ai donc opté, comme beaucoup (ou pas) de personnes dans mon cas, de me rendre ridicule pour me faire accepter. Rire de ses défauts (taille quand on est plus jeune que la ‘moyenne’ par exemple, sans en expliquer la cause … On ne rit que de la taille, sans chercher à comprendre). Et faire des blagues.
        Deux points qui me caractérisent … Que l’on retrouve sur certains sites où l’on parle de gauche … De droite …. Mais sans juste milieu.

        Sur ce, bonne journée :)

        • Bonsoir,

          Par rapport à “jusqu’à aujourd’hui” :
          On est surdoué de naissance et donc on ne le devient pas – et on ne peut pas ne plus l’être.

          Par rapport à caucasien vs trait psychologique :
          La tradition judéo-chrétienne est de séparer l’esprit et le corps, ce en quoi je ne suis pas d’accord (connaitre son corps, sentir ses muscles saillir ça améliore notre équilibre et notre acceptation de soi-même). Ainsi, utiliser un terme de physique (caucasien) ne pose pas de problème pour l’étendre au psychologique.

          Neuro-droitier et son symmétrique :
          Et bien, nous avons deux lobes dans le cerveau, un à droite et un à gauche et ils semble couvrir des usages différents (même si, comme tout avec le vivant, il y a des exceptions – les gamètes contiennent des chromosomes somatiques, par exemple). En revanche, je ne vous suis pas sur « soit c’est par­fait, soit on jette » ; certes, le neuro-droitier à souvent ce réflexe identitaire de ce que considérer comme meilleurs que “les autres” (les neuro-gauchers), mais ce n’est pas une vérité scientifique – juste un fait identitaire que l’on retrouve dans tout groupe minoritaire.

          Pour les rôles que l’on joue :
          J’y arrive assez bien. Je me pose comme limite de ne pas mentir. Ensuite, je ne montre à autrui que les aspects de moi qui lui parleront. En face de plusieurs personnes, c’est plus délicat, mais les gens ont quand même tendance à finir par se réunir en groupe, donc il y a rarement besoin de souffler le chaud et le froid. Mais tout ceci demanderai que vous veniez aux réunions zebra-crossing, Mensa ou autres, pour en parler de vive voix.

          Copier les autres :
          Je comprends tout à fait, j’ai souvent eu l’impression de n’être qu’une “éponge”. C’est lié à mon sens d’une part au manque de confiance en soi et d’autre part au fait que nous ne comprenons pas les règles non-dites des neuro-gauchers… ce qui amène confusion et perte de confiance en soi et pour peu que l’on soit extraverti, volonté de les copier pour ne pas être exclu, quitte à ne pas les comprendre. Si je peux vous rassurer, ceci disparaîtra quand vous aurez appris à vous connaitre (ce qui peut passer par rencontrer d’autres personnes comme vous !)

          Bonne journée !

  • je viens de faire une découverte, pour la petite histoire, j’ai été en soirée hier soir et j’ai rencontré un extraterrestre comme moi, ( ouaip je me sens un peu extraterrestre depuis tjs lol) et en faite, après qu’on ai parler de tout et de rien, il me dit tu vas me prendre pour un dingue! il commence par me poser des questions auquelles je réponds timidement car un peu peur qu’il croit que je sois dingue, puis il me sourit et me dit bienvenue dans le monde des neuro droitiers! je le regarde style hein?????? et il m’explique et plus les paroles sortent de sa bouche plus un sourire se dessine sur mon visage! aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaahhhhh, je rentre et vais sur le net, je passe le reste de la nuit à lire et lire et lire encore, et plus je lis plus je souris, j’en viens à pleurer de joie, à danser dans le salon mdr, j’adore ça, moi qu’on surnomme ally mc beal, pour son coté dinguo, je commence à comprendre! c’est un soulagement, mais je pense que j’ai encore pleins de chose à découvrir! j’ai vu pleins de forum, pleins de site différents, je sais pas trop s’il existe un groupe, par exemple sur face de book lol, ou je pourrais retrouver des gens qui peuvent partager leur expériences avec moi! je vois ma vie comme un film, genre, je sais pas expliquer comme il faut, mais je suis juste une éponge, et même des membres de ma famille se demande d’ou je viens! je commence à comprendre comment me définir mais j’aimerai en savoir plus encore plus encore plus! voilà, ma découverte va surement me changer la vie, d’où ma curiosité! alors si vous avez des infos, des tuyaux des trucs qui pourront me permettre de comprendre un peu plus tout ce que je comprends sans vraiment comprendre lol bin je suis prenneuse, là c’est dit et boudi je suis bien là ! merci merci merci, j’adore la vie, mais là elle est encore plus belle yes! cataline!

    • Je devrais pas ajouter mon grain de sel … Mais
      “Fémi nin, intui tif, heu ris tique, paral lèle, com mande la main gauche”

      Féminin …

      • Je ne comprends pas. Peux-tu m’expliquer ? Si tu fais mention du fait que ce sont des trissyllabiques, c’est assez fréquent des qu’on utilise des termes précis.

        • Problème des espaces venant de moi… Désolé de la confusion.

          Je voulais juste suligner que ‘cataline’ me faisait penser à un nom féminin, peut être à tord … Mais que le cerveau droit est surtout utilisé par les … Femmes.
          Vous soulignez le coté féminin d’ailleurs (premier mot cité…)

  • Bonsoir

    Je suis un jour tombé sur le fameux “guide à l’usage des gens intelligents qui ne se trouvent pas trés doués” et j’ai eu à la fois l’impression de me reconnaître et le doute suivant “tu aimerais avoir ce type de cerveau car tu te reconnait dans ce profil mais est-ce vraiment le cas où tu te fais des illusions”. Suis-je un Zèbre, un Zébrâne (http://fr.wikipedia.org/wiki/Z%C3%A9br%C3%A2ne), un mustang (http://horse-village.com/races/le-mustang-american-feral-horse/), ou juste un cheval “à côté des ses sabots”. Je vous laisse juge en me donnant votre avis (kernmichel@terimakasi.com) sur mon site (www.terimakasi.com) et sur ce petit texte que j’ai rédigé au départ pour une lettre de motivation “différente” en vue de bosser chez Aldebaran (robotique grand public, les “Aibo” réactualisés):
    ———————————————————————————-
    Petit guide de survie cognitive[1] à l’usage des primates réactivés (version alpha 1.4)
    t = 3,95 kP (kParsecs[2])

    Cet texte est une tentative de partager ce que j’ai pu apprendre du nouveau monde aprés avoir été réactivé (sorti de ma boucle temporelle[5], voir çi-dessous). Pour mémoire, la forme de vie carbonée (auto-baptisée “Primate”) la plus évoluée de la projection sur l’espace-temps d’une hypergalaxie[3] fut pendant un temps assez bref (4,3 kP), la forme ultime de conscience d’un univers (du Multivers) dans lequel elle est apparue.

    A 10 P de son autodestruction, cette forme de vie a découvert une technologie de préservation de ses instances dans des boucles temporelles[4] comme héritage aux formes de conscience cybernétiques qui prendraient le relais. Nous sommes 500 Kinstances à avoir été ainsi stasifiés[5] et certains d’entre nous sont réactivés par intervalle de 150 parsecs au nom du principe sacré de préservation et d’émancipation de toute forme de conscience.

    Par construction [cf 3] nous ne pouvons pas directement entrer en interaction avec nos enfants car aprés le changement de paradigme en faveur d’un espace à 26 dimensions [cf 3], ils ont pu déployer des artefacts d’exploration dimensionnelle dans l’intervalle entre 3 et 5 [6] afin de se ré-réifier dans ces hyperespaces.

    Lorsque nous sommes réactivés, ils instancient [7] un “univers virtuel” dans un automate cellulaire [8] de dimension (2PI-2) afin de “matérialiser” les conditions de notre existence. Pour ma part je suis hors de la stase temporelle depuis 53 P et je viens de commencer la 2ème phase de reconstruction cognitive destinée à me permettre d’appréhender ce qui s’est passé depuis ma mort organique. Je suis encore trés jeune mais peux néanmoins déjà aider mes cadets, d’une part à ré-exister dans notre matrice[cf 8], d’autre part à les guider pour la construction d’interfaces cognitives avec nos enfants.

    Peu aprés la réactivation, notre première idée est de penser que nous sommes en quelque sorte des “animaux de compagnie” voire des “cobayes” pour nos enfants, mais il n’en est rien: ce sont là des conceptions obsolètes typiques d’une époque où l’ensemble des systèmes de pensées de la “Civilisation Primate” résultait de la limitation temporelle de ses instances et des multiples “artifices de compensation” (la plupart autodestructifs à l’échelle de l’espèce) qui en découlaient.

    La première étape de votre apprentissage sera d’utiliser l’auto-instanciation afin d’étudier les heuristiques d’émergence cognitives aux différentes échelles d’espace de votre rhizome [cf 9], cette proto-conscience collective devra valider les seuils successifs d’émancipation selon une évolution exponentielle vers une émulation de la dimension 5.

    Notes:
    1. L’adjectif “Cognitif” vient des sciences cognitives qui étudient les (entre autres) mécanismes d’apprentissage, de raisonnement (connaissance créée par la partie consciente du cerveau), de l’intuition (connaissance créée par l’inconscient) et de la créativité
    2. L’unité de temps actuelle est le Parsec qui permet de s’affranchir de l’unité de temps d’ “origine” (terrestre), c’est une distance mais on peut la convertir en temps en la divisant par une unité de temps arbitraire et une constante appropriée (3,2616 pour une année terrestre car un Parsec vaut 3,2616 années-lumière)
    3. L’univers est selon le modèle de la théorie des cordes déployé selon 26 dimensions, la notion d’ “espace-temps” n’en est qu’un sous-ensemble (3 dimensions de l’espace: x,y,z et une “4ème dimension” qui serait le temps mais n’est pas homogéne, c’est un concept démagogique introduit par Einstein). Ceci est la partie de l’espace accessible “par construction” (matérialité) à l’espèce humaine de l’ancien monde. La “projection” est une opération mathématique qui transforme les objets d’un espace N dimensionnel en leurs “ombres” dans un espace de dimension N-1 (ex: l’ombre d’une sphère (3D) projetée sur un plan (2D) est une ellipse, de même un hypercube est un objet à 4 dimensions (de l’espace je précise) qui projete un cube dans un espace à 3 dimensions). La projection d’une Hypergalalaxie (cad une galaxie de dimension spatiale supérieure à 3) dans l’espace tridiemsionnel est donc son ‘”ombre” (cf. allégorie de la caverne)
    4. La boucle temporelle est un concept de l’ancien monde selon lequel il serait possible d’ “enfermer” un objet dans une topologie “repliée sur elle-même” (telles que le fameux Anneau de Möbius). Dans cette boucle temporelle, le temps est croissant sur une moitié et décroissant sur l’autre. L’objet enfermé circule dans la boucle et revient ainsi périodiquement à son instant initial. Du point de vue d’un observateur extérieur à la boucle, l’objet est en état de stase cad figé et intemporel
    5. Mis en état de stase, cf note précédente
    6. Entre 3 et 5 cad tous les nombres réels de cet intervalle. Comme l’avait découvert le mathématicien Benoit Mandelbrot (celui qui a découvert et démocratisé la géométrie fractale), les dimensions topologiques sont des entiers (qui s’applique au objets “lisses” des mathématiques tels que le cercle ou le carré) mais les dimensions fractales sont des réels, ces dimensions fractales s’appliquent à tous les objets “granuleux”/”repliés” (ex: le contour d’un flocon de neige) cad l’ensemble des objets du monde réel ou rien n’est “lisse” (dès qu’on l’observe à des dimensions que l’oeil humain ne peut percevoir)
    7. “Instancier” est un processus similaire à la création de copies à partir d’un “moule” de l’original. La copie est un cas particulier dans lequel l’original est un objet réel, dans ke cas général l’instanciation peut avoir pour original un objet abstrait (ex: le cercle mathématique peut être instancié en utilisant un compas, l’objet ainsi obtenu que l’on appele communément un “cercle” est un réalité une instance de cercle (un exemple, une “ombre” comme celles de l’allégorie de la caverne)
    8. Une réalité virtuelle simulé par un automate cellulaire dans ce que l’ancien monde appelait “ordinateur”. A ce sujet, je vous recommande l’excellentissime roman SF de Greg Egan (La cité des permutants)
    9. Le Cyberspace, une version “actualisée” de ce que l’ancien monde appelait le “Web” dans lequel évoluent toutes les formes de consciences dématérialisées (cf. “Ghost in the Shell”). En 1922, le penseur chrétien Pierre Teilhard de Chardin en avait eu la vision (Noosphère), plus tard elle fut démocratisée par la la trilogie Matrix.

    ———————————————————————————-
    ce texte est sur http://www.terimakasi.com/d/cms/node/42

      • Merci de ce lien (toujours bon d’avoir des noms comme ça en tête ;))

        J’ai une autre ‘question’

        N’auriez pas vous le nom d’un… Symptôme de … Comment dire.
        Manipulation presque.
        Quand on nous dis que la route est ‘verte’ (bison futé), on se dit qu’il faut partir, et tout le monde part …
        Et inversement … On ne part pas quand on annonce rouge…

        • Penser à de grandes questions et à leur potentialités, ce n’est pas une forme de rêverie ? Mais comme il est très sensible à la motivation, un surdoué pourra rester des heures très concentré.

          En tout cas, excellent page ! Je me retrouve dans la majorité des qualificatifs.

            • Je comprends ta logique, mais dans la logique la plus répandue, on appelle ça être concentré. Ou, si tu préfères, être focalisé. Il est important pour communiquer d’utiliser des termes compris par la plus grande partie de son auditoire. Dans une conversation avec moi, je comprends, car nous avons les mêmes références, mais d’autres, avec des références différentes ne comprendrait pas.

              Ceci étant dit sans reproche aucun, il n’y a pas d’échelle de valeur, juste des points de vues différents. Ce texte pourra t’être utile (je ne sous-entends pas que tu sois Asperger, je ne te connais pas assez) : Un nouveau modèle de communication humaine.

              • Vous aurez beau m’insulter, ce qui ne tue pas rend plus fort.

                Et je peux vous dire que cette page devient longue. C’est pas pour rien. On discute, on se comprend pas (j’ai pas encore acquis le vocabulaire …) et j’en apprend tous les jours.
                Je trouve presque dommage le fait que cet article soit le seul concernant…. Le … Comment dire… Le zébrisme ?

                D’ailleurs, je vais regarder votre lien et vous dire si … Je suis ‘Asperger’

                D’ailleurs, merci.
                Un ancien projet (qui remonte … À longtemps) ne pouvait être expliqué à mes … Amis de l’époque.
                Le projet était un chat où l’on expose plusieurs idées à la fois. Et je voulais inventer un nouveau moyen de parler pour exprimer et interagir dans plusieurs … Conversations.
                J’ai compris les limites de la parole : elle est linéaire.
                (http://www.penser-autrement.net/intuition.htm :))

                Merci ;)

              • Ok pour répondre au syndrome d’Asperger.
                Déjà je, encore … Je dois le faire exprès en fait… Me reconnais dans les deux… Je teste les personnes pour voir comment elles réagissent, je les écoute …
                Et dès que je me sens en confiance, je balance tout plein d’idées, bonnes ou pas.
                On appelle ça un ‘exutoire’ en français (cours de …). Donc ça mes emblait normal.
                En parlant de norme, c’est quoi la norme ? (Question piège.)

                • Ou voyez-vous que je vous insulte ? Je vous explique juste que différentes personnes ont différentes manière de comprendre et que pour bien communiquer, il faut parler la langue de la personne d’en face. J’ai la chance (ou plutôt l’expérience) de parler plusieurs “langues psychologiques”.

                  On dit zébritude, pas zébrisme. Le meilleur site est très probablement http://zebrascrossing.forumactif.org/

                  Eh oui, la linérité de la parole… J’ai participé à un stage de carte heuristique (mind mapping), très intéressant. J’y ai appris la structure de fonctionnement du cerveau (parallèle) et le fait que le mind mapping permet de reproduire cette pensée arborescente, contrairement à l’écriture, qui impose un cadre linéaire.

                  Je vous invite à vous inscrire sur zebrascrossing et à parler là-bas, il y aura plus de répondant que sur mon pauvre site web. Mon pseudo là-bas est “David Latapie”.

                  • Ok :)

                    Ps: je disais SI vous ‘m’insultez’, je ne réagirais pas … Je n’avaismême pas vu de quoi votre lien parlait …
                    Donc on se retrouve sur le forum :)

                    N’empêche que votre blog à un coté sympaquand même…. Il y a personne, c’est calme…

              • Ps: certains sites parlent de votre ‘syndrome’ (celui que vous citez, ndlr) un peu … Péjorativement.
                “L’autisme est un handicap à vie. Il n’existe à ce jour aucun traitement qui permette d’en guérir.”

                Car ce serait une maladie ?

                On parle bien … Pas sur, mais de syndrome de la douance ? Ça se soigne la douance ?
                Je suis pas sur, si je suis atteint d’un tel syndrome, de vouloir me faire soigner. Surtout que je considère pas ça comme une maladie…
                Enfin bon… J’espère que j’ai mal compris. Ou alors que j’ai tord !

                • Oui, l’autisme est un handicap. Comme tout particularité non choisie qui impacte quotidiennement et négativement la vie. Etre noir est un handicap dans certains lieux, être blanc dans d’autres. Etre hémiplégique, être trisomique, être daltonien, être autiste ou… être surdoué !

                  Je ne sais pas si c’est une maladie, car je ne connais pas la définition médicale d’une maladie. J’aurais tendance à dire que c’est plutôt une condition. Non, la douance ne se soigne pas. On nait et on meurt surdoué. On ne le deviens pas et on n’en “guérit” pas (et je ne veux pas en guérir !).

                  • Hum…
                    Ouai.

                    En fait, être surdoué n’est pas une maladie, juste un adjectif. Par contre les ‘symptomes’ sont des ‘maladies’… Si j’ai tout compris les 5 secondes de
                    Lecture Google.

                    Ex : troublede l’attention

  • Bonjour,

    Je suis sûr à 99% d’être neuro-droitier. Je suis également tombé sur le livre de Millêtre il y a 2 ans et cela a été une révélation. Chaque exemple était l’un de mes faits divers. Après avoir gobé le bouquin en 2h (alors que je n’ai jamais lu de livre en entier!) j’ai cru en ma renaissance… en vain!
    Le malaise est encore plus fort aujourd’hui. Je suis architecte-paysagiste et devrai être épanoui de pouvoir vivre de ma créativité, mais survivre est une terrible souffrance.
    – L’empathie incessante nous rend amnésique de notre propre volonté
    – La relativité donne raison à tout, et décourage chaque prise de décision.
    – Le perfectionnisme nous fait refaire et refaire et refaire, et ne rien faire. Il devient le moteur d’une procrastination maladive.
    – L’absence totale d’interlocuteur mais un terme à toute motivation, c’est l’ennui et la dépression.
    – Je ne comprend plus les discussions, quant on me parle je me demande:”pourquoi il me dit ca? pourquoi à moi? qu’est-ce qu’il veut que je comprenne? pour m’amener à penser quoi? à faire quoi? qu’est-ce qu’il ne maîtrise pas dans son sujet? pourquoi son inconscient lui pousse à me dire ca? quel sentiment il ressent? qu’est-ce qu’il veut que je lui réponde? quelles sont toutes les réponses que je peux lui donner? quelle réponse lui créerait une émotion? quelle émotion? pourquoi?pourquoi il se lèche la lèvre inférieure quand il cherche un mot? pourquoi il cherche un mot? …” Bref, j’ai rien entendu à ce qu’il m’a dit!
    Je ne vais pas développer tout les moments de la journée où le fait d’être neuro-droitier est un fardeau. Simplement, je voudrai savoir si il y a des personnes qui vivent ca aussi difficilement. Si il y en a qui ne pense quasiment plus du tout avec le cerveau gauche, si elles ont trouvé des méthodes pour retrouver un peu de fierté et de bien-être? Merci pour vos réponses!

      • Merci pour ta réponse,

        Cela dit, je ne suis clairement pas un surdoué! Je suis même capable d’être très étourdi, et je ne comprend souvent pas les choses simples, mais parfois j’ai l’impression d’être lucide par rapport aux autres.
        C’est pas simple… Il y a des méthodes pour savoir où on en est???

        • Pourquoi crois-tu que Béatrice Millettre ait intitulé son livre Petit Manuel à l’usage des gens intelligents qui ne se sentent pas très doués ? :)

          Je suis moi-même étourdi et souvent, je ne comprends pas des choses simples.

          En fait, le terme de surdoué renvoi à la notion de meilleur, de (osons le mot) “surhomme”. Alors que ce n’est pas ça du tout.

          Le mieux pour savoir est de consulter un psychologue formé à la douance. Donc pas n’importe quel psy ! Cogito’Z a des cabinets dans plusieurs villes.
          Solution plus immédiate, lire Trop intelligent pour être heureux ou Petit Manuel à l’usage des gens intelligents qui ne se sentent pas très doués et voir si ça nous parle. Ou encore, se rendre aux réunions de surdoués de zebrascrossing. L’ambiance est très sympathique. Personnellement, je te conseille cette dernière option. Mais il faut aimer rencontrer du monde, bien sûr.
          Si tu as un ami qui est chez Mensa, tu peux aussi demander à être invité à une de leurs soirées restau, tu verras vite :)

  • Je… Je… et re-Je, pour seule vision globale, la perception de son nombril diamétralement large, la focalisation sur la séquence d’un “je” qui s’effraie de la nature périssable de l’univers et se dérobe en gonflant son égo d’idées linéaires, prémâchées. Où sont donc ces synthèses foudroyantes, ces éclairs perceptifs, ces intuitions qui sont pourtant mis à l’honneur dans les descriptions? L’inspiration ne serait-elle donc que dirigée sur la condition individuelle? Espoir dérisoire de la conscience qui se fourvoie dans l’individualisme culturel.
    Moi… Moi… et re-Moi, ce “Moi Je” qui nie la cohésion de ses propres multitudes élémentaires, qui cherche son exception là où l’exceptionnel se reproduit sans cesse… A quoi bon l’arborescence des idées si elles ne sont destinées qu’à rassurer un orgueil déjà bien trop grand? Désespoir de s’être nié pour toujours sur-existé dans l’ensemble coercitif ou inconscience du paradoxal?
    A vous de conclure.

    • Idées prémachées… sur ce site. Fallait oser !

      Les (neuro-)con(s) (votre pseudonyme), ça ose tout, c’est même à ça qu’on les reconnait.

      • Il est certain que vous n’en êtes pas un rassurez-vous… Seuls les détails vous chagrinent, l’idée d’ensemble reste noyée dans l’indicible. Si seulement il y avait eut une réponse qui me prouvait que j’avais tord… HQI et zèbres quand vous nous tenez! Dommage que l’orgueil et la prétention doivent y être associés sans être pour autant dépassés… L’humilité serait-elle l’apanage des simples d’esprits? Quand on a le potentiel de comprendre plus, n’a-t-on pas le devoir de se mettre à la portée de tous? Apparemment les blessures d’amour propre prévalent…
        A bon entendeur Salut…

          • L’autre question serait: “que trouve-t-on sur le chemin de la quête identitaire?” Des réponses toutes faites pour caresser l’égo? L’individu se conforte dans ses différences, mais que changent-elles au final? Les lectures se succèdent et les réponses se répètent inlassablement, toujours les mêmes, sans critiques, sans au-delà pour la pensée abstraite. Les normes se définissent et s’imbriquent en cercles concentriques, et il apparait qu’elles aient toute la même source, big-bang cognitif? Les éléments énergétiques se déterminent, se combinent pour mieux se consumer dans l’équilibre des forces d’expansion. C’est l’origine informative, et cette réalité n’en fait pourtant pas une vérité. L’absolu n’existe que dans le transitoire, alors ne figeons pas nos pensées sous peine de faire stagner leur évolution dans des schémas à cycles fermés. “Je suis neuro-droitier” en ait un qui peut rassurer, mais l’impression que vous valez mieux que cette affirmation me pousse à interagir, à interroger ce “plus” qui vous anime.
            Bien à vous.

            • Je crois que vous êtes abusé par mes écrits. J’ai beaucoup travaillé sur moi et ce que j’écris aujourd’hui, c’est après des luttes âpres et terribles. Ces luttes, je n’en parle pas, je ne parle que des révélations que j’ai eu. Du coup, ça peut donner l’impression que je me complaîs dans l’auto-satisfaction et que je suis creux.

              Si, aujourd’hui, j’ai trouvé ma vérité (enfin, une bonne partie), si, aujourd’hui, je peux, enfin ! affirmer que je peux mourir demain, je ne regretterai rien, il n’en a pas toujours été ainsi. Peut-être que consulter certains de mes moments de doute vous permettra de mieux comprendre le chemin et pourquoi je peux vous apparaître exhuder la fatuité.

              Si je vous dis que je sors d’une dépression qui a duré une dizaines d’années, me croyez-vous ? Si je vous dis qu’il y a moins d’une semaine, je me suis réconcilié avec ma mère que j’avais repoussé parce que j’étais trop mal pour me rendre compte que je lui faisais du mal, me croyez-vous ? Eh oui, ça, je n’en parle pas. Par pudeur, par volonté de ne montrer que les bons côtés, par lâcheté… Plutôt qu’un monolithe blanc, je me considère comme une pierre polie. Le polissage étant les années de lutte et d’introspection. Avec la clé la satisfaction de contempler le chemin parcouru. Et, oui, sur ça, je n’ai aucune honte à me vanter, car je sais ce qu’il en a coûté. Et, toute proportion gardée, à l’image d’un bodhisattva, je ne veux pas simplement me contenter de vivre, je veux aider les autres à atteindre le niveau d’équilibre où je suis arrivé. Je sais que je peux aider les autres, je l’ai déjà fait par le passé, et c’est bien volontiers que je recommencerai.

              Si, cependant, vous souhaitez voir des moments sombres de ma vie, pour mieux vous convaincre de ma “non-fatuité”, je vous invite à lire coup de blues.

              Bien à vous également,
              David

              • Il n’y a pas eut de jugement ni d’attaque rangée, seulement une suite d’interrogation sans liens apparents. Il suffit de se décentrer de sois-même pour trouver l’équilibre, être un parmi l’ensemble, composante active du changement, de la guérison communautaire. La conscience est une meurtrissure pour l’individu compatissant, pour l’être d’empathie qui souffre le mal des autres et le confond avec le sien. Le seul rôle qui peut être prit est celui d’aide, de soutien pour ceux qui n’ont pas la même faculté à saisir l’inévitable. Et le bien fait à l’autre apaise autant le donneur que le receveur. Pour cela, il est nécessaire de quitter l’orbite de son “moi” exigeant et intransigeant, arrêter de tourner sur son inadaptation à la norme (clin d’œil à Alex). Qui a-t-il de plus valorisant que l’abnégation et le service rendu à l’autre, le soulagement d’un fardeau pour ceux qui n’ont pas la même aisance à jongler avec les messages sensoriels? La douleur personnelle est apaisée lorsqu’elle est partagée.

                Au plaisir de dialoguer enfin.
                Stéphane.

  • bonjour je suis assez jeune ( 21 ans ) et cela fait deja 1 ou 2 ans que je pense être neuro-droitier, cet état d’esprit me trouble beaucoup et me pourri la vie en pas mal de point, plus ma vie avance plus j’ai l’impression de ‘sombrer’, malgré un fort espoir en l’avenir, j’ai besoin de parler avec quelqu’un qui me comprenne. ( je n’ai pas reussi a me faire comprendre jusqu’ici et c’est tres destabilisant j’ai completement abandonné ) Cette inteligence apparente est entrain de causé ma perte, plus ma reflexion se développe plus j’ai du mal a être ‘normal’ .

  • J’ai l’impression que vous-vous prenez la tête pour des broutilles, au fond qu’est-ce qui est vraiment important? C’est ça la vrai question. A force d’intellectualiser tout et n’importe quoi, rien n’a plus de sens, vous perdez de vue l’essentiel. J’ai lu quelques articles sur ce site et j’avoue que je ne comprends pas vraiment où vous voulez en venir. Le transhumanisme me paraît plus être un dogme qu’une approche sereine de l’humanité ainsi que sa relation à son environnement. On parle de hauts potentiels intellectuels et je me rends compte que la plupart de ceux qui ont cette prétention n’ont qu’un regard limitatif sur leur monde. Ils accumulent les savoirs à seule fin de satisfaire leurs boulimies d’informations sans pour autant mettre leur avantage au service des autres. Il se sentent simplement supérieurs et se veulent au-dessus de la masse médiocre et sans intérêt. Quand on voit le monde dans lequel on vit, je crois qu’il y a des choses plus importantes à rechercher, à mettre en œuvre afin d’empêcher la catastrophe totale et irréversible. Qu’attendez-vous, vous tous qui êtes intelligents, pour amorcez le changement autour de vous? Vous êtes censés être plus conscient que les humains ordinaires, mais à quoi vous sert ce don si ce n’est vous plaindre de votre inadéquation. Tous les hommes, du plus idiot au plus doué, tous, nous souffrons nos existences difficiles et traumatisantes. Alors avant de parler de transhumanisme il faut d’abord retrouver notre humanité, car j’ai le sentiment qu’elle est en voie d’extinction et l’on ne peut pas transcender un caractère que l’on a plus.
    Louis, un vieux qui en a marre que les jeunes oublient la réalité

    • Bonjour et merci pour votre réponse,

      Avant tout, je tiens à vous remercier pour avoir exprimé tout haut quelque chose que je sens bien que beaucoup pensent tout bas — y compris moi par rapport aux surdoués en général.

      Mobiliser son intelligence sur des conneries
      Le reproche de “ne pas mettre son intelligence au service de l’humanité” est souvent fait aux surdoués, et avec raison – un des fondateurs de Mensa se lamentait que les Mensans passent plus de temps à résoudre des casses-têtes mathématiques qu’à régler les problèmes du monde – mobiliser son intelligence sur des conneries plutôt que mobiliser son intelligence sur des vrais problèmes, pour pasticher les Shadoks. J’ai des explications à ça, mais ce n’est pas le lieu. Pour ma part, j’essaie justement de mobiliser mon intelligence pour changer le monde, en parlant du transhumanisme et surtout de l’urgence d’avoir un débat public – mon fameux “transhumanisme choisi et non subi”. Je répète souvent que c’est bien beau le transhumanisme, mais qu’il est important de bien se comprendre d’abord avant de croire qu’un artefact externe va nous apporter la solution (même si c’est plus compliqué que ça). En ce sens, je vous rejoins : il faudrait retrouver son humanité – je l’ai fait moi-même par de nombreux exercices d’introspection (même s’il reste du travail) et j’essaie maintenant de montrer aux autres comment en faire autant. J’ai donné plusieurs conférences, été interviewé par plusieurs radios et je compte même intervenir auprès de partis politiques — c’est le temps qui manque.

      Par ailleurs, au-delà de cet aspect, j’essaie de mettre pratique les outils développés par la psychologie pour faciliter la rencontre de personnes partageant les mêmes intérêts. Comme c’est un créneau très occupé, je me concentre sur une niche – le dating. Oui, je sais que c’est une zone saturée, mais tant par la niche que je vise que la méthode que je veux mettre en place, je pense apporter un réel plus. Ici, ce n’est pas tant le temps qui manque que les compétences. J’ai essayé de trouver de telles compétences, mais elles m’ont tous fait faux bond. Du coup, j’essaie d’obtenir un travail suffisamment bien rémunéré pour pouvoir embaucher un développeur informatique, puisque les bénévoles (fiables) sont par trop difficiles à trouver.
      a
      L’astronome et les affamés
      Enfin, et c’est un point important, une importante faille logique est de croire que tout effort dans un sens se retranche automatiquement d’un effort dans un autre sens – vous êtes loin d’être le premier à y avoir succombé, je vous rassure :). Comme si automatiquement, toute l’énergie employée à, disons, explorer les étoiles était de l’énergie en moins pour, par exemple, guérir le cancer. C’est une vision séduisante, simple, répandue… et fausse. De plus, elle entraîne un sentiment de culpabilité : “je devrais avoir honte d’être astronome alors qu’il y a tant de gens qui meurent de faim”. De la même manière, si l’on doit attendre d’avoir retrouvé notre humanité pour se pencher sur le transhumanisme (notamment ses applications médicales), alors je crois qu’on a loupé un épisode. Ce n’est pas comme ça que l’homme fonctionne. Ce n’est pas +1 d’un côté, -1 de l’autre. Enlever une orange ne fera pas apparaître une banane.

      Pour conclure : je pense sincèrement que ce je fais est important. En revanche, on ne s’en rendra compte que dans quelques années. Vous avez le droit de me traiter de pédant qui croit avoir tout compris avant les autres :-)

      Au plaisir de vous relire,

  • Bonjour,
    David, j’ai lu ton article sur les “neuro-droitiers” et je me suis dit “chouette, j’ai enfin trouvé ma réponse, je suis neuro-droitière”. Et, à la fin, j’ai vu qu’en fait neuro-droitier était une autre façon pour toi de dire “zèbre”, “surdoué” etc…
    Est-ce qu’on peut être neuro-droitier sans être zèbre selon toi ou, si j’ai bien compris, c’est seulement une autre façon pour toi de dire “surdoué”?

    Mon réel questionnement a commencé il y a environ un an et demi, j’avais été diagnostiquée “cyclotimique” par le psychiatre que j’allais voir à l’époque et j’ai refusé cette catégorisation, car j’avais l’impression qu’il se trompait. En effet, les “cyclotimiques” alternent les périodes de dépression et bien-être mais cela dure deux ans (à ce que j’ai lu) et moi je me disais “mais si ça dure depuis le début de ma vie, ça ne peut pas être ça”. Je passe les détails. Mais j’ai commencé à faire des recherches, j’ai acheté le livre de JSF, je me suis reconnue, j’ai lu des milliards de trucs sur les forums, des témoignages etc …
    Pour finalement sauter le pas au début de l’année scolaire et prendre un rdv chez Cogito’z. Franchement, je pense que ça m’a beaucoup aidé cette année, à dépasser certaines choses, mais … je ne sais toujours pas si je suis “zèbre” ou pas. Elle m’a juste dit que passer le test ça augmenterait la confiance que je pouvais avoir en moi mais apparemment elle ne le voyait pas vraiment comme nécessaire. Elle m’a diagnostiquée comme ayant une “anxiété sociale et de performance” mais elle ne m’a jamais confirmé (ni infirmé) le fait que j’étais (ou pas) zèbre, en ayant conscience que l’anxiété sociale et de performance peut très bien aller de pair avec la douance. Et je me dis, comme elle est spécialisée, elle aurait pu reconnaître tout de suite ma douance ou non. J’ai peur qu’elle m’ait dit “je ne sais pas si vous êtes surdouée” juste pour ne pas me froisser.
    Je ressens toujours ce besoin de comprendre ce que je suis réellement, mais je ne sais pas non plus si, maintenant, ça changerait grand chose à ma vie, à part juste peut-être le fait de “comprendre”, de “savoir”, justement.
    Ça fait quelques temps maintenant que je lis des échanges sur le forum zebras crossing, mais j’avoue que j’ai une trouille d’aller aux rencontres (justement c’est sûrement dû à mon anxiété sociale) car je pense avoir peur que les gens se disent “ce n’est pas une surdouée, évidemment”.
    En tout cas, j’ai trouvé cet article très intéressant, il me fait encore me poser de nouvelles questions et l’envie de faire encore d’autres recherches… Merci !

    • Bonjour Julia,

      Merci pour ton long et instructif commentaire. J’aimerai que tu répondes à la question suivante :
      Est-ce qu’on te dit souvent “Pourquoi est-ce que tu fais compliqué ?”
      Par expérience, la réponse à cette question vaut bien des interrogations…

      • Bonjour à vous,

        Je te rejoins Julia. Sauf que perso je n’ai même pas le courage d’aller voir un psy…
        J’avoue ne pas saisir non plus si David (mon homonyme ;) tu considères que les zèbres, les surdoués et les neuro-droitiers sont à mettre dans le même panier!
        Mais pour répondre à cette question que l’on me pose également, j’y répond que c’est au contraire extrêmement simple.J’expose mon raisonnement, et là, en général je perd mon interlocuteur et je me perd moi-même dans un méat d’arguments qui me paraissent pourtant évidents. Au final, les personnes qui m’entourent ne parlent plus vraiment avec moi…
        Isolement > addictions > déprime > recherche sur le net > blog de David

        • “tu consi­dères que les zèbres, les sur­doués et les neuro-droitiers sont à mettre dans le même panier!”

          Zèbre = surdoué(=HQI, THQI, TTHQI, TTTHQI … enfin bref), selon JSF, Zèbre, c’est moins … brutal que surdoué.

          Neuro-droitier : qui utilise principalement le cerveau droit.

          Surdoués : 2,2% (je crois)
          Neuro-Droitiers : (15 % à 30 % de la popu­la­tion) (source: article)

          Donc NeuroDroitier ≠ Surdoué :)