Contre l’hypocrisie, pour un sport augmenté

À partir de cet article, je vais argumenter sur la question du sport augmenté.

Le cas Oscar Pistorius, un pas dans le transhumanisme

Pistorius est-il un athlète comme les autres ou bénéficierait-il d’un avantage illégitime par rapport à ses concurrents ? Autrement dit, la technique et la médecine lui auraient-elle apporté, plus qu’une thérapie réparatrice, une véritable « augmentation humaine » ? Point de vue transhumaniste sur le sport du XXIe siècle.

[…]

le siècle qui vient de s’ouvrir devrait être celui d’un élargissement de la notion d’humanité. Jusqu’à présent, le sport, et notamment l’olympisme, défend une vision qu’on pourrait dire « naturaliste » de l’humain. Selon cette idée, l’humain, et le corps humain, pourraient être défini pour toujours, sans modifications. Pourtant, cette vision s’est souvent trouvée en bute aux contradictions. A chaque fois, l’évidence est apparu avec plus de clarté : l’humain fait un avec ses outils, avec sa technique, avec ses artifices.

Prenons des exemples : que s’est-il passé lorsque des footballeurs ont commencé à bénéficier des premiers crampons Adidas ? Que s’est-il passé lorsque sont apparues les premières “pointes” de sprint, quelles controverses n’ont pas entraîné les combinaisons des nageurs ou les perches des sauteurs en hauteur ? A chaque fois, les premiers ont pu bénéficier d’un réel avantage, le temps que les autorités sportives ne créent de nouvelles règles et que les concurrents accèdent aux mêmes technologies.

Que se passe-t-il, ou se passerait-il, lorsque la technique utilisée est plus étroitement liée au corps de l’athlète ? Quand un golfeur devient plus performant après une opération au Lazic ? Ou si un coureur de fond équipé d’un pace-maker ou d’un cœur artificiel suite à un accident cardiaque devenait plus endurant que ses adversaires non transplantés ?


À mon sens, il faudra créer une troisième catégorie pour les sports : après les “moins” (paralympiques) et les “normaux” (olympiques), il faut introduire les “plus” (trans-olympiques ?)

Ceci sera-t-il la fin du sport ? Bien sûr que non – comme tout mème multimillénaire, il ne peut mourir comme ça. Regardez plutôt les Formule 2 et Formule 3 par rapport à la Formule 1 : ce sont des courses mono-chassis, où l’on élimine toute différenciation technologique pour qu’il ne reste que le pilote pour faire la différence. Ça marche, il y a de la demande. Alors certes, les yeux sont rivés sur la Formule 1, mais il reste de la place pour ceux qui veulent un défi “plus sportif”.

Demain, un sportif de haut niveau devra, à un moment de sa carrière, faire un choix : rester “pur”, se retenir dans ses ambitions carriéristes et faire du sport pour la gloire et le plaisir. Ou bien se faire augmenter et approcher les clameurs de la plus grande foule (parce que ne nous leurrons pas : ce sera le sport augmenté qui générera le plus gros chiffre d’affaire). C’est déjà ce que font les cyclistes et tous les sports où le dopage est la règle non-dite. Cessons cette hypocrisie et admettons que nous ne ne pouvons lutter contre une demande qui, rappelons-le, viens des sportifs eux-mêmes.

flattr this!

  • J’ai pas très bien compris … Vous voulez dire que le sport est juste un … Masque en fait ?

    C’est un peu remettre en cause la société, non ?
    C’est plus/moins pareil pour tout… On finit par s’y habituer, et à ne plus le remarquer…

    On pourrait parler de politique. Mais en fait non.
    Plus sérieusement … Oui ils gagnent de l’argent, et se payent de la drogue avec… Pour gagner toujours plus.
    Quel intérêt ? (on va bientôt parler du bonheur en cours, c’est lié à ça je pense….) ils vont mourrir plus jeune, mais riches.

    On peut pas dire que l’on soit concerné par ces personnes … Enfin personnelement, je ne suis pas fan de sport (à cause de mes anciens profs, qui sait ?, mais surtout à cause de la médiatisation … Trop forte.)

    On à toujours l’impression de payer au match (foot) : 3.000.000.000 pubs par ci. Par là…
    Un effet de masse, en plus. Tout le monde aime le foot. Ou le rugby. Ou le hand. Voir les trois.
    À en oublier … La ‘raison’ si il y en a une…

  • Non, le sport est une activité humaine comme une autre. Les activités humaines ont tendance à s’adapter au monde dans lequel elles existent. Le travail, la santé, l’amusement, la religion… Et quand une activité refuse de s’adapter au monde, ça donne ostracisme, violence ou dépérition (selon l’activité) : ainsi, le fondamentalisme en religion, les inadaptations médicales (le mal-voyant qui n’a pas de lunettes aujourd’hui est bien plus ostracisé aujourd’hui qu’il a cent ans) les difficultés scolaires en éducation…

    Pareil pour le sport. Soit le sport refuse de vivre avec son temps (regardez la polémique autour de Platini qui refuse l’arbitrage vidéo), soit il l’embrasse. Et, qu’on le veuille ou pas, ça veut dire hier les chaussures à crampons, aujourd’hui le dopage (eh oui) et demain les augmentations humaines.

    Du moins, tant que l’on veut être meilleur que l’autre. Tant que l’on veut juste se faire plaisir, point besoin de tout ceci.

    C’est peut-être ça la différence entre le sport et la compétition.