Archives pour la catégorie Non classé

La blockchain et l’internet des objets

Les cryptomonnaies et l’internet des objets sont deux technologies prometteuses, complémentaires et qui viennent d’entrer dans leur phase de déception. Pour rappel, ces phases de déception font partie du cheminement normal d’une technologie novatrice. et, paradoxalement, cette déception doit nous encourager à continuer — il faut juste garder à l’esprit que les revenus viendront plus tard.

Qu’est-ce que l’internet des objets ?

iot-blockchain
Internet 1.0, 2.0 and 3.0

L’internet des objets (IoT, pour internet of things) consiste à équiper les objets des plus sophistiqués aux plus banals d’un moyen de communication (connecté) et souvent aussi d’un processeur (intelligent). Ces objets communiquent soient de manière verticale (réseau en étoile), soit à l’horizontale (réseau maillé) ; ce dernier point à d’importantes conséquences que nous verrons plus tard. Enfin, ces objets peuvent etre transportables (nomades) ou non (je parle alors d’objets sédentaires).

Le marché de l’IoT promet d’être massif, car il permet de connecter une grande partie du monde physique. Terrains (smart grids, optimisation des récoltes ou de la sylviculture), êtres vivants (animaux de companie ou d’élevage, morts ou vivants), maison (optimisation de l’approvisionnent et de la consommation d’énergie ou de nourriture, sécurité…), vêtements (communiquants, thérapeutiques, récréatifs…) et même notre propre corps (médecine réparatrice ou amélioratrice).

IBM estime que l’erreur que vont commettre de nombreuses entreprises est de penser l’IoT ou Internet 3.0 comme elles pensent l’internet des gens, ou Internet 2.0. Un iPhone de quatre ans est considéré comme obsolète. Un frigo, lui, doit tenir plus que ça et que dire d’une serrure, dont la durée de vie se mesure en dizaines d’années ? Maintenir un site web des dizaines d’années (plus exactement, s’engager contractuellement à tenir un tel site des dizaines d’années) n’est clairement pas envisageable, en tout cas pas autrement que de manière exceptionnelle. Or avec l’IoT, ce ne doit pas être l’exception, mais la règle.

Au-delà de cette question de durée de vie se pose une autre question, particulièrement présente depuis l’été 2013&nbsp:: la protection de la vie privée. Avoir de l’IoT connecté au cloud, ça veut dire avoir constamment un œil (ou une TV ) qui, potentiellement, vous surveille. Les arguments ils ont a mieux à faire que de m’espionner et je n’ai rien à cacher ne résistent pas à l’analyse. Pour quelques exemples de choses que vous avez à protéger, je vous invite à lire mon article sur la cryptomonnaie Monero au comité directeur duquel je siège : The Value of Privacy.

L’IoT, qui apparaît donc de prime abord comme une simple extension du web, nécessite de repenser bien des aspects. Il doit d’une part être beaucoup plus durable, résistant que le web et d’autre part, ne serait-ce que parce qu’il est potentiellement bien plus intrusif, il se doit d’être davantage protégé contre une mainmise, que celle-ci soit gouvernementale, entrepreneuriale ou terroriste (si Stuxnet peut contrôler une centrale nucléaire, vous imaginez bien que les outils de l’Equation Group peuvent contrôler une ville).

Avons-nous un outil open-source, décentralisé et exceptionnellement fiable à notre disposition ? Oui, la blockchain.

La blockchain est le cœur des cryptomonnaies comme Bitcoin. C’est une base de données décentralisée et presque inviolable qui référence toutes les transactions entre ses utilisateurs. Initialement limitée aux transactions financières (la spéculation sur le prix du Bitcoin), on commence à se souvenir qu’il existe des transactions autres que financières — un contrat, un acte notarié, une réservation de siège dans un train, un transfert d’information entre deux objets connectés…

Tout ceci est une transaction. Tout ceci est de l’IoT.

La technologie de la blockchain permet à la fois une vaste réduction des coûts, une sécurité largement renforcée et une grande indépendance par rapport à un pouvoir central, puisque les transactions s’effectuent de pair à pair (réseau maillé) en non via un organe central susceptible d’être compromis, dévoyé ou inquisiteur (réseau en étoile).

Cependant, la blockchain telle qu’on la connait aujourd’hui à une très grande limitation : n’importe qui peut tout voir (blockchain transparente). Et dans de nombreux cas, ce n’est pas une bonne idée. La solution existe, mais ce sera pour un autre article.

Flattr this!

Blockchain, the future of exchanges

As I did it with Sean King’s article, I repost here a great comment on the power of blockchain — this time relative to mesh networks.

Just a quick excerpt:

The more traffic your facilitate on your network, the more Bitcoins (or “local” crypto) you are paid. The more space your provide for storage, the more cloud computing power, the more you are paid.

Now imagine how it would go with smart grid, renewable energy and automated electric cars. When not in use, you car select continues recharching with its solar cell then once the battery is full, the excess is given to the network, thanks to the smart grid. And you are paid with “local crypto” for this extra electricity you are providing to the network. All of this perfectly secure and with very low fees.

And this just one example of what the future brings to us. You should go into cryptos.

Continuer la lecture de Blockchain, the future of exchanges

Flattr this!

8 reasons to invest in Mintcoin

 Why you should invest in Mintcoin

Mint Coin 2Much like dragonflies or Linux distributions, altcoins are living organisms. They follow a Darwinian process – it’s fascinating to watch. Some dominate the ecosystem (Bitcoin, Litecoin), some try to differentiate (Litecoin, Ripple, Namecoin, Peercoin, Nextcoin… Mintcoin), others live as parasites (pump and dump) or take advantage of exaptation (recycling an organ for another purpose) as Dogecoin did by recycling the original parody “organ” into a powerful community “organ”.

It is impossible to know with certainty which cryptos will prevail. But it does not prevent developping some tools to see more clearly and focus on cryptos which can work! Getting reliable indicators is the key.

Now on a currency that is only one month old and already impressive: Mintcoin. And why I think it’s worth it.

Mintcoin pros

At the technical level.

  • Fairer distribution. Mintcoin uses hybrid PoW/PoW (like Peercoin), which has several advantages:
    • PoS is more environmentally friendly and less vulnerable to 51% attacks
    • It does not give an awful advantage to rich people (who can afford to pay an ASIC?)
    • Unlike Ripple (centralised) or Nextcoin (appointment), Mintcoin allows more people to have access to this money. And so the stakeholders are much more numerous (I do not have the figures, but I guess it is possible to find it)
  • Reduced speculation. Mintcoin also reduces the incentive for speculation (day trading and arbitrage) because one must keep its currency for 20 days in the same wallet (so if you send it to an exchange, it counts as a change of wallet) to benefit from the significant interest (20% the first year)
  • ASIC-resistant. Since the period of mining is reduced (5 weeks) and the halving are well on their way, the time that large owners graphic card or ASIC scrypt soon hear about Mintcoin, it will be too late.

At Community level.

  • Friendly name. Mintcoin has a friendly name. It is very important for adoption. Two commenters reported that their wife liked it. Similarly, the image of mint is positive. We think of freshness and lightness. In addition, in English, “to mint” means “create money”.
  • Mintpal. Precisely, if not that much a coincidence if the biggest market place Mintcoin is called … Mintpal . This is a coincidence in that there was no consultation with the dev, but not that much because with the word “to mint” (mintpal, friend of currency creators) it was predictable! In any cases, having a exchange with a similar name definitely is good for Mintcoin.
  • Popular. The applause is a good indicator of interest. The first week, there was already 50 pages on the announcement topic. Now, after only 4 weeks, we are at 300 – mintcoin was announced on coinmarketcap where it peaked in #18 and it also is on cryptsy and it was even a first time coinwarz, fortunately the site has not discovered earlier. Number of pages is an important element to gauge the popularity and popularity is fundamental to a social tool as a currency (yes, a currency is a social tool, as it benefits from the network effect)
  • Long term. Much of constructive commentators agrees to view Mintcoin as a long-term currency – anything but yet another pump and dump
  • Very active team. An extended team is in place since February 16 (for transparency, I must tell you that I am the founder – contact me if you want to participate). Today Mintcoin enjoys a prominent site (www.mintcoin.cc), business partnerships (so you can buy ink cartridges or self catering), dice games, and other projects suc as mintstart which will be unveiled shortly and yet some other which are still confidential. The extended team is very productive and involved.

Remember, this is not the most powerful technology which end up winning; it is the most popular. VHS was worse than Betacam, HTML was lower than the competition, SDRAM was below the BEDO, Flash memory was inferior to other solid-state technologies, Google+ is just a pale imitation of Google Wave… Mintcoin is probably not the most powerful crypto in terms of functionality, but it is one that is in the forefront of the currencies in which you can win.

Be swift in investing, because this is the end of the week. Mintcoin is at 28 satoshi at time of writing but it will soon increase (we noted a mechanism of massive appreciation during the weekend and depreciation on the next Friday without going as low as the previous week, the same mechanisme as Bitcoin experienced!). And there are only 12 days before the completion of mining.

Useful links

Flattr this!

Mintcoin, monnaie d’avenir

Pourquoi vous devriez investir dans Mintcoin

Mint Coin 2

Les altcoins sont des organismes vivants, comme les libellules ou les distributions Linux. Elles obéissent à un processus darwinien — c’est fascinant à observer. Certaines dominent l’écosystème (Bitcoin, Litecoin), certaines essaient de se différencier (Litecoin, Ripple, Namecoin, Peercoin, Nextcoin… Mintcoin), d’autres de vivre en parasite (les pump and dump) ou encore bénéficient de l’exaptation (recyclage d’un organe dans un autre but), comme Dogecoin, qui a recyclé la parodie initiale en communauté puissante.

Il est impossible de savoir avec certitude qui l’emportera. Mais ça n’empêche pas de disposer de quelques outils pour y voir plus clair et se concentrer sur celles qui peuvent marcher ! Avoir les bons indicateurs, en somme.

Je vais vous parler d’une monnaie qui a à peine un mois, Mintcoin. Et pourquoi je pense qu’elle vaut le coup.

Atouts de Mintcoin

Au niveau technique.

  • Répartition plus équitable. Mintcoin utilise l’hybridation travail/détention (PoW/PoS, initiée par Peercoin), laquelle a plusieurs avantages :
    • La PoS est plus respectueuse de l’environnement et moins vulnérable aux attaques 51%
    • Elle ne favorise pas autant les riches (qui a les moyens de se payer un ASIC ?)
    • Contrairement à la centralisation de Ripple ou la cooptation de Nextcoin, Mintcoin permet à davantage de personnes d’avoir accès à cette monnaie. Et donc, la communauté des possesseurs de Mintcoin est importante (je n’ai pas les chiffres, mais je suppose que ça se trouve)
  • Réduit la spéculation. Mintcoin réduit aussi l’incitation à la spéculation (day trading et arbitrage)  car il faut conserver sa monnaie pendant 20 jours dans un même portefeuille (donc, si vous l’envoyez sur une place de marché, c’est un changement de portefeuille) pour bénéficier des importants intérêts.
  • ASIC-resistant. Comme la période de minage est réduite (5 semaines) et dégressive, le temps que les gros possesseurs de cartes graphique ou bientôt d’ASIC scrypt entendent parler de Mintcoin, ce sera trop tard.

Au niveau communautaire.

  • Nom sympathique. Mintcoin a un nom sympathique. C’est très important pour l’adoption. Deux commentateurs signalaient que leur femme aime bien. De même, l’image de la menthe est positive. On pense à la fraicheur et la légèreté. En plus, en anglais, “to mint” signifie “créer de l’argent”.
  • Mintpal. Justement, hasard pas si coïncidental que ça, la plus grosse place de marché de Mintcoin s’appelle… Mintpal. C’est un hasard dans le sens qu’il n’y a pas eu de concertation avec les dev, mais pas tant que ça parce qu’avec le mot “to mint” (mintpal, l’ami des créateurs de monnaies), c’était prévisible ! En tous les cas, ceci améliore la visibilité de Mintcoin que d’avoir une place de marché avec un nom proche.
  • Populaire. L’applaudimètre fonctionne bien : en une semaine, 50 pages sur le topic d’annonce. Actuellement, après seulement 4 semaines, nous en sommes à 300 – mintcoin a été annoncée sur coinmarketcap ou elle a culminé à la dix-huitième position et elle est aussi sur cryptsy et elle a même été un temps première sur coinwarz, heureusement que le site ne l’a pas découvert plus tôt. La pagination est un élément important pour jauger de la popularité, et la popularité est fondamentale pour un outil social comme une monnaie (oui, une monnaie est un outil sociaux, puisqu’elle bénéficie de l’effet de réseau)
  • Long terme. Une grande partie des commentateurs constructif s’accorde pour la voir comme un investissement à long terme — tout le contraire d’une énième pump and dump
  • Équipe très active. Une équipe étendue s’est mise en place dès le 16 février (par transparence, je me dois de vous préciser que j’en suis le fondateur — contactez-moi si vous voulez participer). Aujourd’hui, Mintcoin bénéficie d’un site de premier plan (mintcoin.cc), de partenariats commerciaux (vous pouvez ainsi acheter des cartouches d’encre, une location de vacance ou des outils de sculpture sur bois), de jeux de dés, de et d’autres projets, comme mintstart qui sera dévoilé sous peu ou d’autre dont le nom est encore confidentiel. L’équipe étendue est particulièrement productive et impliquée.

N’oubliez pas : ce n’est pas la technologie la plus puissante qui s’impose, c’est la plus populaire. VHS était inférieur à Betacam, HTML était inférieur à la concurrence, la SDRAM était inférieure à la BEDO, la mémoire Flash était inférieure aux autres technologies de mémoire solides, Google+ est faiblard face à Google Wave… Mintcoin n’est probablement pas la monnaie la plus puissante au niveau des fonctionnalités, mais c’est celle qui est dans le peloton de tête des monnaies sur lesquelles vous pouvez y gagner.

Dépêchez-vous d’acheter, c’est le moment, c’est la fin de la semaine. Elle est à 28 satoshi au moment où j’écris mais ça va vite monter (mécanisme d’appréciation massive durant le week-end et dépréciation en fin de semaine sans descendre au niveau de la semaine précédente ; ce mécanisme, constatée les dernières semaines, est le même que celui qu’a connu bitcoin !). Et il ne reste plus que 12 jours avant la fin du minage.

Liens utiles

Flattr this!

Personnalisation du thème

Nouveau thème, nouvelles personnalisations

  • D’abord, passer en texte justifié (oui, je sais que la justification ralentit l’affichage ; enfin, je pense)
  • Suppression des soulignements au survol d’un lien hypertexte
  • Ajout d’un interligne d’1em en-dessous des paragraphes
  • Le code important est plus facile à noter (background:#FFF2CC) plus nécessaire, car la police (ou le navigateur ?) met le monochasse en gras.

Flattr this!

Creative Commons pour les nuls

Inspiré par le travail de Petitagore, disponible ici. Travail qui est sous licence WTFPL (faites ce que vous voulez).

Vous avez créé quelque chose. Vous voulez maîtriser un tant soit peu ce qu’il en sera fait — y compris si vous voulez que n’importe qui puisse en faire ce qu’il veut (ce qui n’est pas forcément le cas par défaut).

Sauf que le droit intellectuel (et le droit tout court d’ailleurs), c’est compliqué.

Heureusement, des juristes ont pensé à vous. Voici Creative Commons, des licences complètes et simples à comprendre. Vous choisissez dans l’assistant de licence (uniquement en anglais pour le moment) ce que vous autorisez les autres à faire avec votre produit et vous mentionnez ensuite l’abréviation qui correspond sur votre travail. Et voilà, c’est tout !

Voici les questions que pose l’assistant :

  1. Autorisez-vous les modifications de votre création ? Oui, Oui contaminant, Non
  2. Autorisez-vous les utilisations commerciales de votre œuvre ? Oui, Non
  3. Pays

Plus le domaine public qui est mis à part parce que c’est un peu spécial.

Examinons rapidement les licences selon le nombre de restrictions qu’elles imposent :

  • Aucune restriction
    • CC0 : domaine public d’emblée (et non à expiration du copyright)
  • Une restriction
  • Deux restrictions
  • Trois restrictions

Quelques explications, ça ne peut pas faire de mal.

Quelques remarques d’ordre général :

  • SA et ND sont deux positions sur un même thème. C’est donc normal qu’il n’y ait pas de SAND &mdash: c’est soit l’un, soit l’autre.
  • Hormis CC0, toutes les licences incluent l’obligation de crédit. Donc, pas de CCNC, CCSA, CCND, CCNCSA ou CCNCND.
  • Les licences portent sur un produit, pas sur l’ensemble de votre carrière !

Et quelques autres liées à une licence en particulier :

  • CC0 : Le domaine public, c’est un document sur lequel vous abandonnez tous vos droits (vos droits patrimoniaux en tout cas ; pour les droits moraux, c’est plus compliqué). Vous le donnez à l’Humanité. Souvent, un produit « tombe » dans le domaine public après un certain temps. En choisissant CC0, vous imposez que le produit soit tout de suite (et pas dans vingt ou cinquante ans) dans le domaine public. Attention : abandonner tous ses droits, ça veut aussi dire abandonner le droit d’empêcher quelqu’un de se faire de l’argent avec et même celui de donner des droits préférentiels à quelqu’un (un musicien plaçant ses musiques sous CCBYNC qui autorise plus tard le label avec qui il a signé à en faire un usage commercial). CC0 est irréversible&xx202f;!
  • CCBY : En droit français, le droit de base se rapproche de CCBY (obligation de citer l’auteur), car les droits moraux (c’est-à-dire « qui est l’auteur ? ») sont inaliénables.
  • CCBYNC : même vendre à prix coûtant (sans faire de bénéfice), c’est toujours vendre ! Attention donc. Je ne connais pas de licence autorisant la vente à prix uniquement coûtant. Bien sûr, vous pouvez contourner en vendant un truc inutile à côté très cher (par exemple, vous prenez un produit gratuit et vous vendez le carton d’emballage 200 euros). Gare si ça se sait cependant ; vous risquez d’y laisser des plumes.
  • CCBYSA : on parle de licence « contagieuse », parce que les produits dérivés (et dérivés de dérivés…) doivent être sous la même licence. Lire le vieux débat Berkeley Software Licence vs GNU Public Licence (une licence non contagieuse et une licence contagieuse, respectivement) pour plus d’information sur les conséquences &mdash: les deux camps ont d’excellent arguments, il n’y a pas une position meilleure que l’autre.
  • CCBYND : ne pas toucher au produit, ça ne veut pas dire uniquement ne pas toucher au fond. C’est aussi valable pour la forme : ne pas transformer un .doc en rtf ou .txt, ne pas changer la taille de police… En revanche, le produit, tant qu’il n’est pas modifié, peut être intégré dans une compilation.
  • CCBYNCSA : en cumulant NC et CA, vous empêcher les gens de vendre le carton d’emballage 200 euros. En effet, le dérivé (produit + emballage) doit partager la même licence que le produit de base, donc être lui aussi non commercial ! Pourquoi utiliser CCBYNC si CCBYNCSA existe, alors ? Parce que l’on peut aussi ne pas être paranoïaque et ne pas vouloir punir ceux qui jouent le jeu et apportent une véritable valeur ajoutée pour les abus de ceux qui vendent des cartons d’emballage à 200 €.
  • CCBY et CCBYSA sont des licence libres — respectivement proches de Berkeley Software Licence et GNU Public Licence. Les autres sont des licences non libres, puisqu’elles imposent des restrictions non acceptés par les organisation de logiciel (et autre produits) libres. Si vous contribuez à Linux (ou autre), ça peut avoir son importance.

J’espère vous avoir permis d’y voir un peu plus clair. N’hésitez pas à me demander des éclaircissements, je me ferai un plaisir de vous répondre.

Flattr this!