Archives pour la catégorie Lire

Doris Lessing : ceux qui se targuent d’être experts de mon œuvre ne reconnaissent même pas mon style

[Doris Lessing joua un tour] à son éditeur en 1981, en lui envoyant, sous le pseudonyme de Jane Somers, un manuscrit, Journal d'une voisine, qu'il a refusé, le jugeant détestable. D'autres l'ont rejeté aussi, le trouvant déprimant. Le livre fut finalement publié et seul Ivan Nabokov, son éditeur français d'alors, a reconnu en Somers, Lessing. Elle, elle ne fit qu'un commentaire : J'ai voulu vérifier que seul le succès attire la reconnaissance et le succès. Ceux qui se targuent d'être experts de mon œuvre ne reconnaissent même pas mon style…
Le Monde 13 octobre 2007

flattr this!

Citations sur la science-fiction comme ancrée dans le réel

La SF fut donc décrété « conte de fées des temps modernes ». Non, répond l’écrivain Jean-Pierre Andrevon, conte de faits. Des faits têtus qui prennent naissance autour de nous, tous les jours. La science-fiction se borne à leur donner un petit coup de pouce.
The future is already here — it's just not very evenly distributed..

flattr this!

Matrix Reloaded, le détournement du mythe du héros (monomythe)

L'emphase est de mon fait.
Luke Skywalker et Thomas Anderson suivent tous les deux le parcours classique du héros : un jeune homme sans expérience engourdi dans son existence monotone qui s’éveillera et partira pour une quête qui le dépasse et qui, après avoir reçu l’enseignement d’un père de substitution parviendra à s’élever jusqu’à devenir un élu, héros sauveur de l’humanité. Ce schéma conventionnel s’il est appliqué au pied de la lettre par George Lucas à Luke Skywalker (cf Mary Henderson), a été en revanche, au fur et à mesure de l’évolution de la saga Matrix, de plus en plus détourné par les frères Wachowski. En effet, on découvre à la fin de Matrix Reloaded que Anderson-Neo n’est qu’une « anomalie systémique » […] c’est à dire un programme informatique généré par la Matrice contre laquelle Neo lutte ! Ainsi il n’est pas un homme quelconque qui est parvenu à s’élever au rang de héros : il a été programmé pour être le Sauveur, et condamné à le devenir.
Lire aussi : Néo est le sixième élu (et tout le monde sait combien le chiffre sept est important).

flattr this!

« Paper Planes » veut faire décoller l’anglais

Do you speak français ? Alors vous pouvez lire in english. « Paper Planes », nouvelle collection des éditions Didier, veut faire voyager les francophones dans des territoires anglo-saxons accueillants. Écrits par des auteurs contemporains, ces ouvrages, en librairie demain, font vœu d’accessibilité grâce à une créativité sous contrainte. Principes  : privilégier les 65  % du vocabulaire anglais ayant des racines latines ou françaises, bannir les expressions tellement tendance que leur durée est à peu près celle des collants fluo, adopter la forme de la «  novella  », intermédiaire entre le roman et la nouvelle, avec des chapitres courts et rythmés.

« Irritated » plus que « fed up »

À l’origine de la collection, un écrivain anglais installé à Paris, Rupert Morgan, qui signe ici Le Consultant, ouvrage tordant sur un raout de cadres virant au « Koh-Lanta » sans pitié.  Mes amis français trouvaient mes livres trop complexes, détaille-t-il. Je voulais des textes qu’ils puissent aborder facilement, sans buter. Les auteurs anglo-saxons restent trop dans leur univers, ignorant les dizaines de millions de personnes qui pratiquent l’anglais en deuxième langue.  Il se souvient alors de ses études de latin, du fait que Guillaume le Normand imposa le français en Angleterre…  L’anglais est une langue métisse ! C’est simple, au lieu d’écrire I was fed up, je vais préférer I was irritated. Autre exemple, He was drown by the brightness of her gaze est beaucoup moins facile pour un Français que He was attracted by the luminosity of her eyes. Mais n’est-ce pas un peu artificiel ? Curtis Bartosik, directeur de Seneca Communications, enseigne l’anglais. Après lecture, lui estime que les textes sont à 95 % naturel. Il y a un bon équilibre entre idiomes, mots courants et vocabulaire d’origine latine, un peu plus précieux. Je le recommanderais à ceux qui veulent améliorer leur anglais ! Du polar à la satire, la collection entend explorer tous les genres.  Avec les racines latines, on peut aussi toucher l’Espagne, l’Italie, souligne Isabelle Louviot, directrice générale des éditions Didier. « Paper Planes » répond à une demande de plus en plus forte de livres monolingues et valorise l’anglais plaisir.  Et ça, c’est totally cool. Anne Kerloc’h

flattr this!

Linguistique diverse

Initialement publié le 18 décembre 2004 à 22h59

flattr this!

Correspondances entre les temps du slovène et du français

Le slovène a beaucoup moins de temps que le français : six en tout et pour tout (infinitif ; passé, présent et futur de l’indicatif ; présent de l’impératif ; plus-que-parfait de l’indicatif qui n’est que très rarement employé), à comparer au vingt-quatre (au moins !) du français. Lire la suite

flattr this!